1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

La rose rouge de Sarajevo

ROSE-COUVERTUREAvec son livre La Rose rouge de Sarajevo Pascal Serre nous amène toujours là où on ne l’attend pas. Le journaliste et entrepreneur qui a passé une grande partie de sa vie dans le microcosme de son pays natal, le Périgord, à entretenir les images d’Epinal de cette province si chère à Montaigne, nous a déjà fait traversé de l’autre côté de son miroir avec son « Faits Divers, la parabole du publiciste et du Hamster » ; un exercice aussi surprenant que dérangeant et authentique. Cette fois, c’est dans les Balkans qu’il nous invite à réfléchir sur l’âme humaine. Celle, déchirée des femmes et des hommes. Une âme qui devient ainsi la sienne et la nôtre.

Lire la suite...

Et si Périgueux tournait la page gourmande…

DSC 0023Au lendemain de la clôture du salon international du livre gourmand de Périgueux, alors que crépitent les satisfactions, Le créateur de la Radio du goût, Thierry Bourgeon livre son analyse. Sans concession. Il est loin le temps héroïque du Salon du livre gourmand de Périgueux. Imaginé par Yves Guéna,le maire de l’époque, initié par son successeur Xavier Darcos en novembre 1990, ce salon a connu son heure de gloire. Après un quart de siècle cette manifestation est-elle à bout de souffle ?

Lire la suite...

De Saint-Sernin-Filipetti : de Nontron à Paris, clap de fin ?

2821074-parismatch-jpg 2455707.jpgL’ancien député UMP de la Dordogne Frédéric de Saint-Sernin a toujours officiellement pour compagnon l’ancienne ministre socialiste de la culture, Aurélie Filippetti. Selon Paris Match cette dernière vivrait une histoire d’amour avec Arnaud Montebourg. Le même magazine people, un an plus tôt, évoquait un « tandem détonnant ».

 

 

Lire la suite...

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC