1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Justice : Yves Squercioni ou Janus à la sauce Périgueux

SQUERCIONI-01Depuis son arrivée, en 2006, Yves Squercioni a donné à sa charge de Procureur de la république une dimension contrastée. D’un côté, façon Janus, un personnage plutôt attiré par les médias et une reconnaissance sociale qui n’aurait pas déplu à François Mauriac et, de l’autre, un redoutable Thémis tenant le glaive et la balance. De l'affaire de Jean-François Torelli à celle de Jacques Auzou en passant par la réhabilitation des services judiciaires et la nouvelle carte judiciaire Yves Squercioni a été de toutes les batailles. Son départ suscite des regrets de circonstances.

Lire la suite...

Médias : liaison fatale

famosa journal du PérigordAvec l’arrivée en janvier du magazine féminin Famosa l’hégémonie du vénérable Journal du Périgord est secouée. Ce dernier, créé en 1989, a traversé une série de crises qui l’on amené à être repris par André Added un entrepreneur ambitieux et truculent qui ne s’est pas fait que des amis. Pour Famosa, la plupart des collaboratrices du nouveau magazine ont été, par le passé, attachées au Journal du Périgord. C’est sur fond de règlement de comptes que les deux magazines envahissent les vitrines des dépositaires de presse.

Lire la suite...

Xavier Darcos : l'immortel pétrocore

Xavier DarcosDepuis le 13 juin dernier Xavier Darcos est le premier Périgourdin élu à l’Académie française. L’ancien maire de Périgueux sévèrement battu en 2008, écarté du gouvernement en 2010 après avoir essuyé un revers aux élections régionales en Aquitaine et contrarié dans sa candidature à la présidence de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, recasé à la présidence de l’Institut français trouve ainsi son véritable destin.

Lire la suite...

Les gazouilladesde Pascal Serre

Salon du Livre gourmand : maladresse ou mépris ?

Affiche2018Le superbe catalogue du dernier Salon du livre gourmand démontre parfaitement combien il y a les vedettes de la grande littérature nécessairement parisienne et les supplétifs de la littérature rurale. Alors que les « médiatiques » bénéficient d’une belle présentation, les auteurs Périgordins sont mentionnés à la page 180, dernière page, ridicule enclos intitulé : «  éditions à compte d’auteur ».  

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC