1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Médias : la blogosphère fait son poisson d’avril

blog-00Avec la création de son « blog » - Oyez Périgord – le facétieux Alain Bernard avait convié ses amis à une conférence de presse afin de présenter Périgueux comme candidate à un concours des capitales européennes des blogs. L’occasion de faire un état des lieux et tisser des liens dans ce nouvel espace qui échappe encore aux lois du marché, celui de la blogosphère périgourdine.

Ce qui se voulait un vrai poisson d’avril est devenu finalement, pour un temps, un espace de réflexion et d’échanges entre membres du Club de la presse du Périgord et les trois larrons de la farce que sont Alain Bernard, Maurice Melliet et votre… serviteur.

BLOG-01Comme on dit souvent il ne s’agit pas de paraître sérieux pour l’être ; parfois c’est même le contraire. L’invitation lancée était ainsi libellée : « Ce mardi 1er avril à 11 heures 30 à Jaune Poussin, le Collectif du 1er avril invite à une conférence de presse sur Périgueux capitale potentielle des blogs en Europe. En effet en marge du mouvement des Capitales européennes de la culture, des cités - une par pays - ont été désignées comme candidates à un concours de capitales des blogs. Ainsi Sheffield pour le Royaume-Uni, Scheizenstadt-sur-l'Oder pour l'Allemagne; Petropolis pour la Grèce; Prontocuidad pour l'Espagne, etc… La France va être représentée par Périgueux, compte-tenu de son nombre élevé de blogs, encore augmenté de celui, tout nouveau, oyez-perigord.fr, tout récemment lancé par un ancien journaliste, pourtant longtemps rétif à ce genre de réseau. Avant un contact avec les nouveaux élus de dimanche, le collectif souhaite informer les média de cette désignation flatteuse pour Périgueux. »

Une douzaine de membres du Club de la presse du Périgord, quelque peu interrogatif sur cette invitation, se retrouvait ainsi face aux trois blogueurs du moment.  En fait une facétie supplémentaire de l’homme à l’éternel canotier, impénitent distributeur de bonbons qui venait de s’arracher à sa feuille blanche, son stylo et son clavier pour aborder sa « Terra Incognita » qu’est le monde du blog. Son compère Maurice Melliet jouant l’attaché de presse indispensable dans tout plan média bien ficelé.

Et oui, Alain Bernard, ancien journaliste à « Sud-Ouest », si rétif à la chose, venait de créer son propre blog : www.oyez-perigord.fr. Et ceci devenait à la fois un événement, un phénomène de société, et l’occasion de constater combien cette pratique du blog est sérieuse à Périgueux.

Des initiatives gauloises face aux logiques de marchés

BLOG-02JPGAu delà de cette plaisante novation on en venait à évoquer les premiers pas, dés 2008, de « Rue de la chouette » de Thomas Gibertie qui a disparu de la blogosphère locale l’an passé puis de « Périblog » qu’entretient encore aujourd’hui William Lesourd sans oublier le « Périlgourdin » bien alimenté par l’ancien journaliste de « La Dordogne Libre » Michel Labussière. Des pionniers aux objectifs différents, aux engagements pluriels mais soumis à la difficulté d’être connu et reconnu.

Toutes ces initiatives, quelque part gauloises, ne reposent sur aucun modèle économique et existent que par l’engagement bénévole de leur créateur. Leur fonctionnement autant que leur pérennité rappellent la vague des radios libres du début des années 80. La comparaison s’arrête là. Chacun tente, à sa façon, avec ses moyens, son temps et ses capacités techniques à maintenir son propre espace de dialogue plus que d’information. A part le célèbre « Mediapart » d’Edwy Plenel, bien peu ont réussi à s’imposer comme média à part entière. Le concept, les motivations et le fonctionnement même de ces blogs les marginalisent.

On a beau se poser les questions de l’audience et de la publicité l’esprit frondeur et l’absence de réflexions sur le concept et la stratégie entrepreneuriale indispensables à la simple existence de ces blogs les limite définitivement à la marge des grands médias lesquels sont de véritables entreprises ancrées dans des logiques de marchés.

Si Alain Bernard a évoqué des mutualisations de moyens, des synergies communes de référencement sur la « toile » celles-ci ont peu de chances de voir le jour tant les disparités et l’absence de règles font de ces expériences merveilleuses des jouets qui entretiennent les égos et combler un vide social qui est le seul moteur de l’initiative. Ces propositions généreuses et pourtant indispensables ne peuvent raisonnablement pas s’ordonner à des fins par définition contraignantes donc destructrices du sens initial donné à chacun à sa démarche.

Ne pas se tromper de cours

Il importe de ne pas se tromper de cours. Il y a celle des entreprises de presse qui depuis longtemps ont investi le champ de l’internet et celle des individualités aux rapports complexes et objectifs souvent contradictoires qui constituent la « blogosphère ». En ce sens, il faut le préciser, les entreprises de presse ne font partie de la blogosphère et proposent de véritables sites à l’architecture extrêmement réfléchie et travaillée, avec des moyens techniques et humains qui répondent déjà à une logique économique ; ce qui est généralement pas le cas des blogs, comme on a vu, par définition, en dehors de toutes logiques économiques et animés d’intentions aussi pures et louables que déconnectées de la réalité économique.

Il semble évident que les motivations des créateurs de blogs ne sont en aucune façon celles des sites de médias ; elles sont même incompatibles. Ceci ne voulant pas dire que les deux ne puissent vivre ensemble et même trouver des synergies. Mais, ces dernières ne seront que marginales et passagères. Le débat ainsi ouvert, un premier avril, est loin d’être clos.

Pascal SERRE - Photos : Hervé Chassain et Alain Bernard


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

L’òme politica et le Lébérou

Elections le vote blanc bientot reconnuEn Périgord, depuis des lustres, la politique est une grande cause tribale. Tout y relève d’une science exacte, que pour les indigènes. Pourtant, quitte à explorer les dessous d’un iceberg, sans oublier les ours faussement gentils et les pingouins faussement méchants, la cartographie polaire restant étrangère au réchauffement climatique, risquant de disparaître version expédition Franklin, l’estrangier ne pourra que s’approcher de la calotte glacière ou de la… terre de feu.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC