1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

De Saint-Sernin-Filipetti : de Nontron à Paris, clap de fin ?

2821074-parismatch-jpg 2455707.jpgL’ancien député UMP de la Dordogne Frédéric de Saint-Sernin a toujours officiellement pour compagnon l’ancienne ministre socialiste de la culture, Aurélie Filippetti. Selon Paris Match cette dernière vivrait une histoire d’amour avec Arnaud Montebourg. Le même magazine people, un an plus tôt, évoquait un « tandem détonnant ».

 

 

Décidément le Périgord est « people ». Il y a longtemps, très longtemps, une certaine Christine Deviers-Joncour qui se disait « La putain de la république » s’était unie à un futur ministre et maire actuel de Sarlat, Jean-Jacques de Peretti, avant de folâtrer avec un autre ministre et député de la Dordogne, Roland Dumas. En avril dernier, Aquilino Morelle, plume de François Hollande mais auparavant candidat malheureux aux élections municipales à Nontron, se faisait pincer pour une passion « inadaptée à la fonction » pour les belles chaussures… Roland Dumas avait, lui aussi, une inclination pour les bottines de luxe… Puis on apprenait que l’ancien député de la Dordogne, Frédéric de Saint-Sernin, désormais président du Stade Rennais, vivait avec la socialiste, ministre de la culture, Aurélie Filippetti, en 2012. Ils se seraient rencontrés dans le salon de Michel Caro, coiffeur préféré des élites politiques parisiennes. 

La rumeur fait le tour de Paris et finit par atteindre Nontron

cs3516bsernin 20061203 px 640 La rumeur faisait le tour de Paris et finissait par atteindre Nontron, fief périgourdin de la famille de Saint-Sernin. Frédéric y avait été maire adjoint jusqu’en 2010. « Frédéric ? Evidemment que je m’en rappelle. C’est dommage qu’il soit parti car il était bien, sympa. On le voyait venir à la messe car il était très pratiquant », raconte une voisine, qui préfère rester anonyme, car comme elle dit «  à Nontron tout le monde connaît tout le monde ». A l’époque, dans une interview à « L’Express », Frédéric de Saint-Sernin disait prier tous les jours et partir une fois par an en retraite à l’abbaye de Solesmes. « J’ai cette vie spirituelle parce que je pèche beaucoup », blaguait-t-il. D’autres nontronnais n’étaient pas surpris de cette aventure galante et disent aujourd’hui : « Frédéric est un romantique. La politique, au fond, ce n’est pas son truc. On le voyait finalement assez peu et son départ de Nontron et de la politique fut certainement une libération pour lui. » Un autre Nontronnais : « Il a bénéficié de gros soutiens parisiens et locaux pour s’implanter mais n’a jamais cherché à faire carrière en Dordogne au grand désespoir de ses amis.  Si il a été ministre c’est que Chirac l’aimait bien. C’est parce que Chirac connaissait le propriétaire du stade rennais que de Saint-Sernin a eu sa place et que je sache il n’a pas fait des merveilles. Pour sa vie personnelle tout ceci ne m’a pas étonné et je n’ai aucun commentaire à faire si ce n’est que c’est quelqu’un de sensible et que, si c’est vrai, il doit en être malheureux. »

Fusion amoureuse entre Chiraquisme et Hollandisme

Ainsi, fin 2012, le couple apparaissait bras dessus bras dessous à Paris, au Conseil constitutionnel à l’occasion des 80 ans de Jacques Chirac. Aurélie Filippetti était la seule ministre socialiste invitée. Une manière de rendre la liaison officielle ? A Nontron, « cela a fait parler...», raconte une voisine qui prétend bien connaître la maman de « Fredo ». Et de dire : « Sa mère était effondrée… elle ne comprenait pas. » 

Début 2013, Aurélie Filippetti s’exprimait dans Paris Match sur cette relation inattendue. A la question du journaliste « Comment peut-on aimer quelqu’un qui ne partage pas vos opinions ? » elle répondait : « Voilà une situation complexe, mais très romanesque. Certains écrivains aiment vivre des situations pour le plaisir qu’ils auront à les écrire. Et cette histoire est trop passionnante pour se refuser à la vivre. »  Quand Aurélie Filippetti offre un voyage à son compagnon à l’île Maurice, en janvier 2013, la presse people en faisait ses choux gras. Le journal « Les Echos » écrivait : « en Dordogne, au pays du petit pont, il en franchit un grand, réalisant la fusion amoureuse entre le Chiraquisme et le Hollandisme. » « Fredo », lui, préférait rester dans l’ombre et se refusait à commenter son idylle. Celle-ci aurait donc duré deux années, à peine.

Clap de fin d’une love story ? 

NontronCette fois, selon Paris Match, l’ancien député de la Dordogne se serait fait voler sa place par Arnaud Montebourg. Les deux tourtereaux auraient été vus ensemble à San Francisco… « Fredo » se rendra-t-il à l’abbaye de Solesmes pour méditer sur les liaisons dangereuses ou les jeux de l’amour et du hasard ? Un ancien maire socialiste du nontronnais se confie : « Frédéric n’était pas de mon bord mais nous nous sommes toujours respectés et que je sache, souvent, il m’a aidé dans des démarches pour ma commune. Humainement je crois que c’est un type bien et très sensible. Peut être un peu trop rêveur et romantique… » 

Entre le clap de fin d’une love story et le coup de sifflet de fin de match, Frédéric de Saint-Sernin, cousin germain de l’ancien premier ministre Dominique de Villepin, pourra toujours venir se ressourcer sur les limes Périgordes du nontronnais. Au pays de l’amour courtois, la presse locale vante encore les mérites des « rosières », jeunes filles récompensées par une couronne de… roses. Celle-ci honorant leur conduite irréprochable, leur vertu, leur piété et leur modestie. 

Texte et photos : Pascal SERRE


 

Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC