1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Liliane Fayol : rue du Canada

DSC 4869Liliane Fayol est née et a grandi dans la même maison, celle du 26 rue du Canada construite par les américains en 1917 dans le quartier de la Cité Bel Air, à Boulazac. Elle a ainsi réuni les deux continents sur sa seule et unique île de quelques mètres carrés tout en guidant son frêle esquif entre deux tempêtes.

 

 

La rue du Canada. Entre deux autres rues, deux autres rives, deux autres mondes. Bien rangés, solides et hors du temps, les anciens baraquements érigés par les soldats américains y sont toujours visibles. Chaque famille, les années s’écoulant, y ayant aménagé une tranche de vie tout aussi bien ordonnée, solide et parfois aussi hors du temps. C’est là qu’a grandi Liliane Fayol. Entre le milieu des années trente et aujourd’hui. C’est que Liliane en a vu ! Mais, cette jeune octogénaire a le verbe discret. Un peu comme cette rue du Canada qui invite à toutes les folies géographiques et qui demande à ce que le voyage se poursuive.

Alors, entre sa cuisine et son salon, deux pièces héritées des américains, achetées et aménagées avec les commodités par ses parents, tout en disposant le gâteau confectionné spécialement pour notre rencontre, elle revisite les anciennes histoires et les lieux transformés au gré des grandes migrations qu’a accueilli le quartier de la Cité Bel Air. Elle dispose autour d’une bouteille de cidre les verres. Liliane entretient ainsi une élégance et une courtoisie naturelles faites de petites attentions dont elle semble ne s’être jamais départie. Une touche très particulière que l’on retrouve le plus souvent dans les familles du quartier. 

Le quartier des « Péotards »

DSC 2607« Dans les années trente, c’était, raconte Liliane, le quartier des « Péotards », ceux qui travaillaient à l’autre bout de Périgueux, dans le quartier du Toulon, où se situaient les ateliers de la Compagnie de chemin de fer du Paris-Orléans, devenue la Société Nationale des Chemins de Fer. Le matin tous les hommes partaient travailler et ne revenaient que le soir. Restaient les femmes et les enfants qui allaient à l’école maternelle installée en haut, sur le boulevard du Petit-Change, avant d’aller à celle de Saint-Georges. »

Les femmes se retrouvaient dans la rue pour bavarder et entamer leur journée de labeur. Elles se retrouvaient aussi dans les épiceries du quartier ; il y en aurait eu quatre ou peut être cinq.  Comme le souligne Liliane : « On n’avait pas d’argent, mais on manquait de rien. Nous vivions pourtant à neuf dans deux pièces. » Et de rajouter : « quand l’époque des cerises était arrivée celui qui en avait en distribuait à ses voisins… on ne se contentait pas de parler de solidarité. »

On imagine toujours les soldats américains au petit matin

Durant toute son existence Liliane a travaillé dans une usine de textile de Périgueux et la retraite arrivée, elle s’est s’occupée de ses parents ; sa mère est décédée en 2011. «  C’était ainsi à l’époque et on ne voyait pas la vie autrement… » dit-elle. On l’écoute autant que ses longs silences qui ne sont jamais que des parenthèses qui traduisent une émotion contenue, une modestie franche et authentique. On entend les paroles de Jacques Brel: « l’espoir fleurissait dans les rêves qui montaient aux yeux… »

Dans sa géographie intime, celle de cette petite maison au charme presque désuet, se résume une existence sobre et millimétrée, une poésie que seuls les gens feutrés peuvent ressentir. «  Je ne me vois pas vivre ailleurs qu’ici… » dit-elle en baissant les yeux et en demandant pourquoi on la presse de questions. On ose à peine regarder l’ordonnancement intérieur où on imagine encore quelques soldats américains surgis de la nuit des temps et qui s’affairent, au petit matin, à ranger la chambrée avant de rejoindre l’hôpital ou quelques services indispensables à la vie quotidienne du camp. C’était hier, mais c’est toujours aujourd’hui.

Quand on séchait les peaux de lapins dans les jardins

Alors, bien entendu, quand Liliane Fayol évoque cette époque où l’on séchait les peaux de lapins dans les jardins, destinés à la vente, les escargots dégustés lors de la fête de Saint-Georges, en mai, la figure de l’ancien député et maire de la commune, Lucien Dutard, « un instituteur et un homme exceptionnel… » comme elle dit, ou encore le personnage de Lamouret, revenu de la Grande guerre, autant marqué dans sa chair que dans son esprit et qui se faisait incarcérer à la prison pour l’hiver afin d’être au chaud. On voudrait retourner le sablier et entrer de plein cœur dans ses souvenirs. 

Et sa langue se délie, progressivement, doucement, avec le temps : « Il y a eu, mais je l’ai juste entendu dire, entre 1930 et 1938, en haut de la rue de la Somme, au « Petit bois » il y eut des réfugiés italiens. » Fuyaient-ils le régime de Mussolini ? Diable, Liliane n’en sait rien ! 

DSC 2379

Durant l’occupation, elle n’avait pas dix ans, Liliane se rappelle seulement de la chape de plomb qui recouvrait le quartier. « On se méfiait de tout le monde ». Tout au plus se rappelle-t-elle de la rafle occasionnée par la mort d’un collaborateur dénommé « Le nain », garde-voie : « Il habitait le quartier et la famille a disparu à la Libération. Il avait été abattu par le maquis à Razac-sur-l’Isle si je me rappelle bien. Les hommes du quartier ont été amenés aux casernes puis relâchés ; je crois que l’un d’entre eux a été déporté » explique-t-elle hésitante.

Et elle reprend : « Ce sont de vieux souvenirs…  Comme les bisbilles entre les socialistes et les communistes du quartier qui n’étaient jamais bien méchantes. Un jour il y eut un épouvantail devant la porte d’un communiste et le lendemain le socialiste trouvait devant se porte un pot de chambre. Il y avait un vieux garde-chasse avec un œil de verre qui habitait dans le quartier, il était de droite, et faisait peur à tous les enfants des familles plutôt à gauche. Les parents racontaient des choses qui n’étaient que des légendes afin d’entretenir cette peur.  C’était comme cela jusqu’à la fin des années soixante autant que je me rappelle. Quand à ceux qui allaient à la messe, à la chapelle, ils n’étaient pas bien vus par ceux qui n’y allaient pas ; mais ce n’était pas bien méchant. Il faut s’imaginer que c’était encore un gros village et que tout le monde se connaissait. »

Mais Liliane Fayol, tout aussi fragile, vous dira que tout ceci n’a aucun intérêt et elle retournera entre deux parenthèses, couper son gâteau. Mais si Liliane, vous êtes importante ! Toute votre vie est une belle pierre de l’histoire de l’humanité. Comme votre maison et ce quartier aux finalement multiples facettes, presque en mal d'amour.

Texte et photos : Pascal SERRE

Avec le soutien de la Ville de Boulazac
E
n savoir plus : Les amis de Barnabé


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Good by Lascaux !

DSC 0056On disait le Périgord terre d’élections depuis l’Homme de Cro-Magnon. Avec les échéances de cette année, après le Good by Lénine de 1989 en Europe de l’Est, assisterons-nous, en Dordogne, à un Good by Yalta hérité de l’après-guerre, entre Robert Lacoste, Lucien Dutard et Yves Guéna ? La multiplication des copies de la grotte de Lascaux témoigne-t-elle d’un règne des gérontes qui ne connaissent pas la grotte de Platon ?

Lire la suite...

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.