1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Daniel Boulogne : entre Ulysse et Jules Verne

DANIEL BOULOGNE 02Fondateur du Street Art, à la croisée d’une quinzaine d’entreprises au milieu des années quatre-vingt-dix, Daniel Boulogne reliera, en 2012, à bord de sa goélette, l’extrême nord, le passage du nord-ouest et le détroit de Béring à l’extrême Sud, le passage du Cap Horn, une première pour un voilier. Installé en Périgord, il se lance dans le combat contre le réchauffement climatique.

jardins 01indd

Le personnage est truculent et enflammé. Daniel Boulogne pourrait inspirer un romancier autant qu’un auteur de bande dessinée. C’est une sorte de touche-à-tout qui a la gouaille d’un Bernard Tapie et les accents de mécène d’un François Pinault. Un grand écart qui prend naissance dans le quartier des Batignolles, en 1949. Un mariage avec une périgourdine de Douzillac, entre Périgueux et Libourne, l’amène à parcourir le Périgord et à jouer l’incubateur de projets où le fantastique se mêle au sens des affaires.

Daniel Boulogne se dit volontiers entrepreneur, aventurier et humaniste. C’est en 1976 qu’il se lance dans les affaires en créant une entreprise de peintures en bâtiment ; en vingt ans, l’intuitif et ingénieux personnage construira un petit empire de quinze sociétés totalisant mille salariés et 38 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Mais, l’homme d’affaires, qui cultive ses visions originales et atypiques du monde a une passion pour le monde des artistes. Il sera un des pionniers du Street Art dans les années quatre-vingt. Notamment dans la création et le développement des murs peints, véritables fresques qui permettent à des artistes de s’exprimer dans un espace public. Ce qui amène Daniel Boulogne à dire : « j’ai remplacé les murs aux teintes sinistres par des couleurs vives ; sur mes chantiers, j’ai transformé les échafaudages en cimaises pour y accrocher des tableaux d’artistes. Les murs ont la parole. » A la chute du mur de Berlin, Daniel Boulogne n’hésitera pas à se rendre dans la future capitale pour ramener en France des fragments du mur. Une aventure comme il les aime. Le cœur et la raison rivés dans son regard de bateleur qui n’oublie jamais ses origines et les nécessités de sa réussite.

« C’est moins la planète que l’homme qui est appelé à disparaître » 

LIVRE BOULOGNE 01

En 2012, les entreprises et affaires oubliées, Daniel Boulogne entreprend une toute autre aventure : relier avec sa goélette les deux pôles par le détroit de Béring, ce qui n’a jamais été fait. Il en tire un récit qu’il vient d’éditer. Avec l’ouverture du IVe sommet de la Terre, Daniel Boulogne témoigne dans cet ouvrage de ce qu’il a vu et constaté : « c’est moins la planète que l’homme qui est appelé à disparaître. » 

Provocateur, Daniel Boulogne a titré son livre : « Vive le réchauffement climatique ! » Boulimique dans son imaginaire fébrile, toujours prêt à s’aventurer entre deux histoires, entre deux passions, comme tous les mystificateurs il ne cherche pas autre chose qu’à se convaincre de sa propre existence, de son propre destin. Si l’on en croit Homère, la première mystification est sans doute due à Ulysse qui, grâce à son célèbre cheval a pu introduire dans Troie ses guerriers. Et l’Homme nourrit la direction qu’il donne à son existence au travers de sa capacité à imaginer et concevoir des réponses au sens de sa vie. Si l’on se réfère à Jules Verne, dans ses imaginaires et contes il y a, aussi, un homme de l’avenir, un symbole de l’anticipation, un lien entre le présent et le futur. Daniel Boulogne se situe entre ses deux pôles.

coriolis14 photo chap.35 NOME

La notion impalpable du voyage intérieur

DANIEL BOULOGNEDés lors, il devient raisonnable que Daniel Boulogne poursuive sa quête intime dans les rugissants et insondables océans qui sont autant de lieux à la fois mythiques et mystiques pour approcher ces propres questionnements. Qu’il en revienne avec des témoignages et un regard très personnel sur le fameux réchauffement climatique relève de l’intuition et du bon sens d’un homme aussi complexe que généreux. Ecoutons Daniel Boulogne : « Cette notion impalpable du voyage intérieur, celle des traversées aux longs courts, sans destination définitive et par là-même révélée au fil de la houle… »

C’est ainsi que, entouré d’une équipe, Daniel Boulogne s’est lancé dans cette aventure fascinante et imprégnée des récits de grands voyageurs, de grands découvreurs, ceux de Marco Polo, de Magellan. Il y a chez Daniel Boulogne, un côté Christophe Colomb, dans le sens où le résultat n’est pas forcément l’objectif du départ. Mais, il est entré dans son histoire en attendant d’entrer dans l’Histoire. Ce qui est propre de tout explorateur.

Ce n’est que le début de la fin

Durant trois cent cinquante-cinq jours de mer, Daniel Boulogne aligne trente mille miles nautiques, soit cinquante-cinq mille kilomètres, le tout en quatorze escales. Chaque étape est l’occasion de se plonger dans la réalité de la géographie et de l’histoire, des gens qui y vivent et qui parle simplement de leur vie, de leurs bonheurs mais aussi de leurs inquiétudes. Durant cette aventure des temps modernes, Daniel Boulogne a tenu en bon capitaine un carnet de bord, de routes. C’est à partir de ce dernier qu’il a dressé son propre état des lieux de la planète.  Et, en bon communicant, il a voulu profiter du IVème Sommet de la Terre qui s’ouvre à Paris pour lancer son cri qui n’est plus celui de l’alarme mais celui de sa détresse face à une planète qui est déjà dans le coma. Un cri de citoyen du monde qui ne regarde ni les frontières politiques, ni les petits et grands intérêts d’une humanité suicidaire.

4121676884

La terre continuera de tourner, la nature saura s’adapter, mais, sans les hommes

Etonnant récit qui laisse toute sa place aux anonymes autant qu’aux acteurs locaux rencontrés. Cette fois, contrairement aux découvreurs des temps anciens qui ouvraient des horizons nouveaux, Daniel Boulogne va cerner un monde qui se referme dans un nihilisme jamais exprimé. Ainsi, il dit : « Je voulais dire que les choses n’allaient pas trop mal et, dés la première escale,  j’ai déchanté, j’ai constaté tout le contraire de que à quoi je m’attendais naïvement. » Il conclut d’ailleurs son voyage ainsi : « C’est bien la première fois qu’on menace à ce point l’équilibre de la vie de la terre… D’ailleurs, la terre continuera de tourner, la nature saura s’adapter. Mais, sans les hommes. Tout s’accélère. Ce n’est que le début de la fin. »

Il espère toutefois que son témoignage participera à la dernière chance qui est offerte aujourd’hui. Son livre sera-t-il son Cheval de Troie dans l’égoïsme planétaire actuel ? Ou bien, sera-t-il un récit prémonitoire comme ceux, à leur façon, de Jules Verne ? 

Texte et photos : Pascal Serre

Vive le réchauffement climatique ! Daniel Boulogne, 259 pages, éditions Point rouge, 20 euros
www.expeditioncoriolis.org


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Good by Lascaux !

DSC 0056On disait le Périgord terre d’élections depuis l’Homme de Cro-Magnon. Avec les échéances de cette année, après le Good by Lénine de 1989 en Europe de l’Est, assisterons-nous, en Dordogne, à un Good by Yalta hérité de l’après-guerre, entre Robert Lacoste, Lucien Dutard et Yves Guéna ? La multiplication des copies de la grotte de Lascaux témoigne-t-elle d’un règne des gérontes qui ne connaissent pas la grotte de Platon ?

Lire la suite...

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.