1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Bernard Szczerba ou la joyeuse mélancolie venue de l’est

SZCZERBA-01On le voyait moins sur le marché du Coderc, à Périgueux, trainant sa grande carcasse d’éternel adolescent, louchant avec l’humour pour dérider le désert, un œil mélancolique et l’autre résolument gaillard, l’urbanité toujours élégante. Bernard Szczerba est à Paris. Pour un temps, car son esprit vagabonde avec son piano comme valise, entre les Marches polonaises toujours enflammées et ce Périgord rassurant.

 Sa vie est comme tout ce qui est de l’autre côté des rives du Danube : bicéphale. Chaque mouvement des doigts sur le clavier devient à lui seul un voyage dont le chemin est toujours renouvellé, le départ, énigmatique et inédit, la destination incertaine et insoupçonnée. 

Histoire d’une coqueluche et d’un piano 

SZCZERBA-03Lui, hier encore coqueluche des beaux salons de la haute société européenne, lui qui fit ses cinq voyages – Paris, Londres, Rome, Varsovie et Périgueux -, lui qui a décidé de rompre avec une célébrité mouvante aux paillettes médiocres a posé son métronome en 1996, rue de la Sagesse, à Périgueux. Il déambule en la frôlant, dans un premier temps, la faune bigarrée des ruelles, des marchés et des bars de Périgueux. Sa présence feutrée, volontairement effacée et nécessairement besogneuse dans son intime expression épouse les aspérités des mélodies de ce nouvel horizon qu’il transcrit sur ses feuilles de musique jamais longtemps vides d’émotions trop longtemps retenues.

Bernard, lui dont le nom est un drapeau qui pourrait lui fermer le territoire hermétique de ce petit bout du monde qu’est Périgueux, rencontre l’universalité des émotions et une nouvelle Euterpe, la muse, la déesse de la musique. Il commettra, avec ses nouveaux amis, et plus particulièrement un stomatologue de la ville, Patrick Labrousse qui se fait son producteur, plusieurs CD.

Bernard Szczerba, est un personnage sorti d’un roman de Jules Verne, prêt à faire le tour du monde en 80 partitions, de visiter le centre de la terre avec ses illusions jamais totalement perdues, par courtoisie avec le bien précieux qu’est la vie. Le piano, génétiquement, est son double. Toujours cette dualité slave. Plus que symbolique : essentielle, fondamentale pour créer, donc vivre. 

Il était hors de question que je me tape dessus… 

« Avec Slave, dit-il, mon dernier CD de piano classique, alors que l’actualité montre que les peuples se détestent, se déchirent, j’ai préféré les unir. » Et de rajouter avec un humour aussi subtil qu'élégant : « Il était hors de question que je me tape dessus… »

SZCZERBA-02Slave, ce sont 19 compositions anciennes et nouvelles, fortement imprégnées par la diversité des cultures slaves. Les valses ont évidemment une place majeure, qu’elles soient ukrainienne, polonaise ou russe. Les compositions dites « chansons tziganes » rappellent l’épopée tragique et joyeuse de ces peuples. Et, il y a les romances, celles qui marient dans la nostalgie douleur et bonheur. Toujours cette double perception de l’âme et de la condition humaines.

Chaque composition, au piano classique, est une variation qui éveille et se nourrit du foisonnement des émotions qui unissent le compositeur et l’interprète à l’étranger que nous sommes. Il ne s’agit pas de chercher un sens particulier à l’engourdissement mélancolique qui peut nous surprendre, il faut, par contre, l’accepter pour le ressentir pleinement. De même, la brusque montée de fièvre ne saurait être contrariée. Bernard Szczerba se laisse à la fois guider et ordonne une représentation qui est évanescente, une secrète alchimie que le profane va s’approprier et à laquelle, dès lors, il se soumet. Ceci il le sait car, quand il compose ou qu’il interprète c’est pour lui certes, mais il sait qu’il n’existe que dans le miroir de celui ou celle qui communie dans son propre cabinet de réflexion, son jardin secret aussi. Bernard Szczerba aime la mesure, celle qui ordonne les notes et les silences : « un son n’existe que par rapport à un silence. Comme le noir n’existe que par le blanc… » Le rythme, que ce soit par la syncope ou le contretemps, confortent cette alternance sensuelle de mélancolie et de joie. Le mouvement, du largo au presto, exalte aussi cette identité musicale slave. Bernard Szczerba a dépassé l’approche scientifique et même l’esthétique pour ancrer son art dans une perspective personnelle qu’il souhaite partager avec authenticité, enthousiasme. La première harmonie nous apparaît comme celle de l’émotion ainsi créée. On retrouve dans cette dimension l’humaniste éclairé qui privilégie la simplicité des sentiments, l’inspiration qui n’éblouit pas mais qui provoque une étincelle imprévisible et constamment mystérieuse. Slave ? Vous avez dit Slave ? Non, j’ai écouté Slave. 

Texte et photos : Pascal Serre  

POCETTE 20SLAVE0En savoir plus : http://www.labvox.com -  Clip de présentation sur Youtube


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

La visite à la Péniche

macron perigueuxA Périgueux, rarement visite de président de la République a été aussi fade que celle de Emmanuel Macron. De Poincaré à Hollande, chacun s’en était allé du traditionnel bain de foule. Pour Emmanuel Macron, nous avons, de loin, contemplé une visite virtuelle sur une péniche qui avait pris l’eau quelques semaines auparavant.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC