1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Ma cabane au Chanada : le songe du Pétrocore surréaliste

Il est midi plein. De la minuscule route qui serpente entre les deux coteaux qui la bordent on se laisse guider par la traînée d’une fumée qui s’élève paresseusement vers le ciel. C’est là, entre le plateau de Escornebœuf qui abrita le sanctuaire de la déesse tutélaire des Pétrocores et le plateau de la Boissière, ancien camp fortifié de ces intrépides gaulois, que les comploteurs de l’archéologie moderne se sont réunis. Chez le « Mitch » comme l’appelle Jean-Jacques Dallemand. Le « Mitch » ? Un bourlingueur qui a posé son baluchon dans un espace où l’alchimie de la bonne chère et des vins les plus fous soumettent le profane à l’art de la convivialité. Il y a là du Robinson Crusoé et du Vatel, du Voltaire et du Gavroche.

Jean-Jacques est déjà là entouré de ses complices, Christian Chevillot, archéologue Protohistorien et Jacques Teulet, peintre de son état. Ils sont, tous trois, à l’origine de cet essai à l’alchimie joyeuse : Ma cabane au Chanada. Jean-Jacques est un esthète surréaliste qui a déjà quelques essais en librairie. Des essais qui déconcertent car ils associent mythes et symboles dans une fresque poétique presque invraisemblable.

DSC 0995

L’encre éclaboussée 

DSC 1018Jean-Jacques Dallemand est à lui seul un univers fait d’alchimistes à l’image de Cheng Rong de la dynastie Rong et maître de la technique chinoise de « l’encre éclaboussée ». Devenant dragon lui-même, le Maître peignit son œuvre en crachant de l’eau, en trempant son bonnet dans le l’encre et en le traînant sur un long rouleau de quinze mètres de long pour figurer le bouillonnement des nuages de pluie.

Il y a des sans ses écrits des projections inconscientes, oniriques et donc si proches d’un monde que le profane affublerait d’imaginaires mais que, le lecteur assidu, exercé à l’effort, cherchant l’Esprit humide ardent et froid, brillant des étoiles, transformera en révélation. Jean-Jacques Dallemand se refuse à la règle, à la norme. Sa psyché est fuyante, comme le clair de lune et l’aube projettent dans un sens symétrique et contraire, des visions qui font de son voyage une sorte de Nouvelle Héloïse. Les philosophes du voyage pensent à partir de l’homme, selon l’homme et pour l‘homme. Et le voyage de ce poète incommode se promène entre deux questions, deux sermons et beaucoup de leçons. Même si, dans ses textes il masque cette fragilité par ses expressions de béotien qui peuvent irriter mais jamais laisser indolore. Même si je ne partage pas son sens de l’ironie, blessante au plébéien que je suis, je viole son regard translucide et je pense à Victor Hugo qui dit :  « Ô voyage, départ quand on avait vingt ans, Clefs des champs, sacs de nuit faits à la hâte, Ô temps où l’on voyageait à deux ». 

Et Ma Cabane au Chanada confirme cette posture. Impétueux, présomptueux volontaire, parfois sombrement reptilien, Jean-Jacques Dallemand est plus qu’un poète, davantage qu’un éclaireur, une sorte de visionnaire qui esquisse des mondes nécessairement imprécis.

Un questionnement sur la société

DSC 1008Comme l’écrit son préfacier du moment, Christian Chevillot : « Jean-Jacques Dallemand, écrivain surréaliste nous force ici à un questionnement sur la société. » A sa façon et avec sa gouaille de citoyen agitateur d’idées il interpelle le petit monde des élites Périgordines autour de ses étoiles qu’il voudrait tant partager. Chaque sujet est traité comme un sketch tout droit sorti de ces films italiens des années d’après-guerre. Une unité de lieu et de temps s’accordant aux jeux de mots et de lettres d’un fou chantant qui ne succombe jamais à la grisaille. 

Jean-Jacques Dallemand brouillonne sa vie et ses expressions. Dans cet enchevêtrement de connaissances aux apparences trompeuses et aux lectures multiples je revois encore Henri Nhi Barte, psychiatre et ses conversations avec la folie intime. L’Eloge du pays Vésunien plonge dans cette folie poétique qui devient la norme du génie.  Alors, je retrouve Raymond Queneau lui aussi aspiré par ces espaces infinies et indispensables que sont les poètes et dont il tira Les enfants du Limon. Est-ce là que le candidat à la bouche cousue que l’auteur m’invite à être va s’immerger dans cette première partie dédiée à la divinité grecque Mania ? « La folie du mystère est la folie de l’absence » dit l’auteur… Le comédien aux précieuses vanités sait mieux que quiconque que nul éloge n’est éternel, que le superlatif masque la fragilité, que la dithyrambe distrait de la vacuité des choses et des gens. Est-ce ainsi que l’on doit affronter la seconde partie de ce conte philosophique appelé Les scènes vides ?

Classer le site au Patrimoine mondial de l’Unesco

Esthète de la dissertation, Jean-Jacques Dallemand se lance avec sa Cabane au Chanada dans un combat homérique : faire classer les deux collines tutélaires que sont La Boissière et Escornebœuf mais aussi le petit vallon qui les relie au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est ici que s’explique la présence du Protohistorien Christian Chevillot, caution indiscutable qui travaille sur le site depuis plus de trente ans et qui a mis au jour les traces du camp retranché et du temple des Pétrocores, aïeux des Périgourdins d’aujourd’hui. Et les deux compères, pourtant si différents dans leur approche, se complètent pour aiguiller cet ambitieux chantier.

Déjà, Jean-Jacques Dallemand avait commis un précédent ouvrage – Éloge du Pays Vésunien – où déjà il dévoilait sa passion pour cet espace feutré, presque oublié. C’est ainsi que les deux hommes se sont approchés. Tous deux, à leur façon, sont des chercheurs et des créateurs de sens. Il y a le poète et l’ingénieur.

Cabane3

Vésunien plus que Périgourdin

CABANE1

Jean-Jacques Dallemand, Vésunien plus que Périgourdin, que l’on jugerait prétentieux par inculture, maladresse ou plus simplement par paresse, culbute les mots, jongle avec le temps et les grands auteurs, dérègle et farfouille les belles lettres, trouble les mythes assoupis par les dogmes conventionnels et leur donne des destins tout aussi imaginaires, supposés que véritables. Et dans son monde à la fois imaginaire et palpable se retrouvent les personnages qu’il aime ou qu’il courtise sans pour autant être attaché à un autre prince que lui-même. 

En parcourant les mots et leur assemblage  de cette Cabane au Chanada on peut retrouver une influence Célinienne, le pessimisme et le reste en moins. Il faut dire que Jean-Jacques, comme le solitaire de Meudon, a une passion pour les chats et leur à consacrer son premier travail –Carina & ses chats. D’ailleurs chez le « Mitch » - on y revient – il y a pas moins de vingt-six matous bien engraissés et totalement affranchis ; comme les compagnons de table qui s’y retrouvent.

Il est quinze heures trente et le Limoncello – maison – de Christian emplit les verres à vin presque immodérément. Jean-Jacques ouvre une nouvelle fois son livre ; cette fois, sur le dernier comice. Ah c’est que le bougre trouve l’idée du maire de Périgueux extraordinaire. Il a écrit dessus et dedans. D’ailleurs, à la fin on peut lire : « Dernier comice agricole du siècle. A ton âge tu ne sais donc pas lire. »

Oulala ! Mais où nous amènent-ils ?  Peut être faut-il tout simplement sa laisser aller à la facilité et partager cette créativité débordante. Oui, Jean-Jacques déroute et oblige son lecteur à faire du sablier du temps un compagnon indispensable. Dans une société en implosion, après Éloge en pays Vésunien, Ma Cabane au Chanada nous ouvre une récréation ou, peut être, une re-création. Entre le gris et le noir du moment c’est peut-être une façon de dessiner un espace blanc. 

Texte et photos Pascal SERRE

Ma cabane au Chanada, Jean-Jacques Dallemand,  Editions Lazarillo, 48 pages, 10 euros.


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.