1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Les sénateurs de la Dordogne au fil de l’histoire

Comment s’appelle votre sénateur ? A cette question on ne devrait pas être surpris que beaucoup sèchent en mélangeant le député au sénateur ou encore en voyant là une page d’histoire refermée depuis la fin de Rome. Au mieux nous aurons droit à un sourire en coin sur le caractère désuet de la chose, sur le « train de sénateur » ou la prétendue « maison de retraite » au coût extravagant. Bref, les comptoirs de zinc sont jonchés d’histoires améliorées pour les besoins du moment sur ces personnages naturellement qualifiés de « Marquis républicain ».

9782343067629r

L’historien Guy Penaud, comme il le fit pour les députés, s’est attaché à établir pour chaque sénateur de la Dordogne, de 1795 à nos jours, une fiche aussi compète qu’il est possible. Ce « Fouché » de l’histoire du Périgord travaille comme un Alphonse Bertillon – fondateur de la police scientifique. Guy Penaud, ancien commissaire de police, met depuis quarante années ses techniques d’investigation et son expérience au cœur de sa passion pour l’histoire locale. Il est l’auteur de quelques best seller dont les cinq principaux sont L’Histoire de Périgueux, La résistance en Périgord, la Franc-maçonnerie en Périgord,  Le dictionnaire autobiographique du Périgord et Le Grand Livre de Périgueux. Des succès en librairie qui font tousser les historiens certifiés et patentés.

Un inventaire d’une centaine de sénateurs périgourdins

Cette fois, Guy Penaud a dressé un véritable inventaire de plus d’une centaine de sénateurs périgourdins qui traversent le paysage politique du département, entre 1795 et 2014. Un travail de fourmis qui se conclut par un ensemble factuel méthodique et précis de biographies qui satisfera autant le curieux que le chercheur qui souhaite entamer un travail plus développée ou une analyse particulière. 

Bien entendu on se lancera sur nos sénateurs du moment – Bernard Cazeau et Claude Bérit-Débat – cherchant, peut-être, une révélation. Ce n’est pas là, de toute évidence, le but de l’auteur qui veut conserver à son travail un statut parfaitement attesté et lisse. Au fil des pages apparaissent des personnages bien souvent tombés dans l’anonymat mais aussi des noms connus dont on avait oublié l’essentiel qui fait un destin quand même hors du commun.

Ainsi de Jean Allafort (1741-1818) à Claude-Alexandre Ysabeau (1754-1831), tous deux pour un instant tirés de leur éternel sommeil, les noms renvoient à une foultitude de grands et de petits moments de l’Histoire de France et de l’histoire du Périgord. C’est plaisant et éducatif.

DSC 0121

Une façon de décrypter le monde

Auparavant, des travaux de recherches ou de compilations avaient été menés. Ainsi, Jean-Marie Galy, journaliste, en 1987, puis Bernard Lachaize, historien, en 1998, différemment certes, commirent des travaux sur le sujet. Cette fois, Guy Penaud laisse un travail complet sur le sujet même si on aurait aimé y trouver une analyse à la fois sociologique et politique plus affirmée. De toute évidence, l’auteur n’a pas souhaité jouer les analystes politiques et s’est contraint à établir des fiches à partir desquelles chacun pourra se faire son propre avis. D’ailleurs, le titre de l’ouvrage « dictionnaire » annonce sans ambage le contenu et le but de son travail.

Avec son ouvrage à la fois et simple et presque mathématique Guy Penaud met l’histoire à la portée des plus novices mais toujours captivés par le besoin de décrypter le monde qui les entoure. Germaine de Staël a laissé : « En France, on étudie les hommes…en Allemagne, les livres. » Deux siècles plus tard, avec son ouvrage, Guy Penaud confirme, à sa façon et avec son talent, cette pensée.

Texte et image : Pascal Serre

Dictionnaire des sénateurs de la Dordogne. Guy Penaud, L’Harmattan, 108 pages, 13 euros.


 

 

Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC