1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Mimos : l’entrée en résistance

KeswickSteve Eggleton Eventdigital 1Avec Fous de bassin et la compagnie Ilotopie, l’ouverture de la 34ème édition du festival du Mime de Périgueux a été une boussole rassurante pour guider à travers une époque effrayante. Ils étaient des milliers, ce lundi 25 juillet, à l’heure où les étoiles dansent dans le ciel, le long de la rivière et protégés par les coupoles illuminées de la basilique Saint-Front.

Je n’avais pas répondu aux appels des organisateurs de Mimos depuis presque sept ans. On ne s’attardera pas sur les raisons. Cette année, le climat d’horreur et la folie des hommes m’invitaient à « entrer en résistance » et donc à répondre à l’invitation des organisateurs du festival du mime qui était arrivé à sa 34ème édition. Cette fois, ne pas répondre à l’invitation eût été une capitulation citoyenne.

Au courage lucide et à la générosité des organisateurs et des comédiens qui faisaient là un acte politique majeur nous devions répondre présent. Et il le faudra tout au long de cette semaine de fête, donc de paix et d’échanges qui caractérisent Mimos et la ville de Périgueux où exerça Montaigne. Ce fut, de mon point de vue, une parenthèse ouverte exceptionnelle et que, ce lendemain parvenu, je ne souhaiterai pas se voir refermer.

Peut-être serai-je trop lyrique mais cette soirée avait un accent d’appel du 18 juin, celui de 1940. Version Daech et autres meurtriers du moment. La Compagnie Ilotopie et son spectacle Fous de bassin ne pouvaient que nous inviter en entrer en résistance. Résistance face à la folie meurtrière et ravageuse à laquelle nous sommes soumis avec ces attentats lâches qui nous frappent dans notre âme. Nous étions dix, quinze mille à être là, face à la délicate ondulation de l’eau de la rivière Isle qui attendait d’être enflammée sous la protection de la majestueuse basilique Saint-Front qui rappelait, à sa façon, celle de Sainte-Sophie, rencontre entre l’Occident et l’Orient, entre les civilisations chrétienne et musulmane ; quelle liaison extraordinaire en ces temps de divisions ; quel symbole ! Et, – que l’on me permette cet anachronisme pour évoquer le mime – bien entendu : quel spectacle !

PinkF

Voyage au centre de l’onirisme

Les ténèbres protecteurs ayant recouverts la foule massée sur les quais, les ponts, les balustres, les balcons, et les lampadaires clos, je me laissais transporter par la magie surréaliste de la quinzaine d’artistes qui évoluèrent durant la cinquantaine de minutes du spectacle. Tout et tous glissent à la surface de l’eau laissant aux profondeurs les secrets des abysses freudiennes ainsi titillées.

Déjà, de l’un des deux ponts qui délimitaient la scène aquatique, une petite voiture se profile, avance dans la nuit, et vient réveiller l’eau et éclabousser le paysage assagi. Un passager est abaissé et les gouttelettes d’eau se déplacent pour allumer les lumières de la rive. L’étonnant personnage entame la lecture du journal, du sien. Sur le chemin, il salue son voisin, qui retourne à la maison on peut imaginer avec des achats dont nous ne saurons que ce que notre imagination appelle. J’hésite entre Buñuel, Cocteau ou… peut-être, Rossellini ce dernier incarnant le néoréalisme italien d’un après-guerre déjà pas très civilisé. Le ton est donné. Mes chimères sont en éveil, fébriles, joyeuses, avides de sensations billevesées.

Voici un cycliste qui entre dans ce monde irréel, donc fragile, intime et éphémère ; arrive cette voiture, une deudeuche, avec sa caravane des années soixante, le tout version Jacques Tati ; cette femme avec sa poussette qui me renvoie les images des films d’Ettore Scola et dont je m’imagine que ce pourrait être Sophia Loren dans une Journée particulière, le balayeur de rue qui me ramène à la chanson de Dutronc, Jacques, et qui semble me dire : « Il est cinq heures, Paris s’éveille… » ; et ce lit géant avec son rameur, est-ce un clin d’œil au peintre Magritte ? L’extravagance des tableaux fait oublier un instant les terrifiants assauts de l’actualité. Même, les pandores et autres garants de ma sécurité me paraissent là où ils faut qu’ils soient, sans déranger, avec même une sorte de placidité complice de mes divagations ainsi protégées.

Là où les fous n’ont même plus leur place

fousdebassin3PinkFJe me sens porté à Venise, sur ce Bucintoro merveilleux, à la Cité interdite au temps de l’Empereur Yongle et, aussi, à Versailles avec ses jeux d’eaux, ses feux d’artifice, ses engins à la Dali, ses musiques et ses mouvements Felliniens. Oui, évidemment, chacun imagine en fonction de ses propres aventures, c’est bien là une des richesses d’une telle création : ne rien imposer, simplement mais merveilleusement proposer des émotions et une sensualité dont on voudrait me priver.

Entre jets de lumières et jeux d’eaux, je reprends le manifeste du surréalisme d’André Breton et sa « foi en la résolution du conflit entre rêve et réalité ». Ces Fous du bassin étaient un excellent prologue pour vivre la réponse en ne s’attachant qu’aux émotions des sens ainsi éveillés, acceptant que tout ceci ne pouvait qu’être la parenthèse d’ouverture d’un récit avec, comme l’a écrit Robert Desnos dans Corps et Biens, la soumission à la fin douloureuse mais nécessaire.

Ces engins étranges, ces personnages nécessairement baroques, dignes de Jérôme Bosch ou de Philippe Druillet qui évoluent sur l’eau, nous invitent à glisser sur le mythe de la Méduse. Chevaux chantants, machineries oniriques qui courent à la surface de l’eau, joutes spectaculaires accompagnées de magistrales touches de lumières, de détonations colorées, de mélancoliques ou pétillantes notes musicales suspendent le temps profane et nous ramènent à notre propre sensualité qui est née, peut-être, dans le Jardin d’Eden dont on voudrait me en faire un enfer.

Cet ensemble de tableaux, symboliquement à la surface de l’eau, nous entraine dans une plongée au cœur de nos fantasmes, ceux d’un quotidien qui nous fait perdre peu à peu nos repères et nous entraine dans un Styx invitant sans cesse au voyage subliminal entre vie et mort, entre réel et irréel, entre principe de réalité et imaginaire. Chacun n’allant pas sans l’autre. On le sait trop bien.

Le travail de création et d’exécution, prouesses qu’il faut saluer, répond à l’ambigüité de Méduse basée sur le brouillage de toutes choses et sur leur implacable complexité, singularité et universalité. A chacun son destin lequel, bien souvent, est avant tout une représentation onirique et imaginaire. A Jean Jaurès qui clamait « Aller à l’idéal et comprendre le réel », les Fous du bassin lui répondent : « aller au rêve et suspendre la réalité. »

Bien trop souvent étranger dans ma ville, les Fous du bassin m’ont rassuré et indiqué l’orientation à prendre dans un monde où même les fous n’ont plus leur place.

Photos : Droit réservés/Ilotopie – Texte : Pascal Serre

A découvrir : Festival Mimos - Perigueux 2016 - Ilotopie


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Good by Lascaux !

DSC 0056On disait le Périgord terre d’élections depuis l’Homme de Cro-Magnon. Avec les échéances de cette année, après le Good by Lénine de 1989 en Europe de l’Est, assisterons-nous, en Dordogne, à un Good by Yalta hérité de l’après-guerre, entre Robert Lacoste, Lucien Dutard et Yves Guéna ? La multiplication des copies de la grotte de Lascaux témoigne-t-elle d’un règne des gérontes qui ne connaissent pas la grotte de Platon ?

Lire la suite...

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.