1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Chancelade. Brasserie La Verrière.

VERRIÈRE-02Le chemin qui mène de Périgueux à Chancelade est connu des Périgourdins et Pèlerins. L’abbaye du bienheureux Alain de Solminihac est un joyau de l’art roman, un refuge spirituel qui nous éloigne des excès de la modernité. Une destination privilégiée.
Chancelade c’est aussi l’élégant château des Reynats datant du Second empire devenu depuis quelques années une halte gourmande bien entretenue et assurée. Cyril Haberland (1) qui dirige les cuisines depuis presque quatre années a accepté le pari, il y a deux ans déjà, de créer un espace « bistrot » sans renier quoique ce soit de ses talents. Il en est de même pour l’équipe qui l’entoure en salle autour de « Pierre » l’indétrônable ordonnateur de la messe « basse » à l’époque accordé chaque midi, du lundi au samedi, dans une salle jouxtant le château : la verrière. Depuis, devant son succès « La Verrière » a décidé d’ouvrir sept jours sur sept et ce, le midi et le soir.  On ne s’en plaindra pas. C’est en compagnie d’un fin gourmet, averti des choses de la table, spécialiste en livres de gastronomie, Henri-Pierre Millescamps que l’escapade fut exécutée et même renouvelée.

Restaurant la Verrière
05

Une Majesté accessible au roturier

Nous voici délicatement accueillis dans la salle bordée de grandes baies vitrées. Le décor est résolument contemporain, sobre et lumineux rehaussé par des chaises dues au créateur « Panton » dans les années cinquante et accouplé à quelques notes boisées, des couleurs neutres où dominent le gris et le blanc. Tout ici apaise le convive et le prépare à sa partition gourmande. Un méli-mélo harmonieux qui donne au lieu une majesté accessible au roturier.
Dommage que la vue soit contestée par les voitures garées. La verdure triomphe quand même et nous entraine dans ce printemps aux rares notes estivales. Une soixantaine de couverts sont aligner dans une géographie stricte et conforme à l’esprit brasserie qui a suscité cette ouverture.

1

Une cuisine moelleuse et gouteuse 

La carte en main nous découvrons les « suggestions » : 4 entrées, 4 plats, 4 desserts au choix. La formule est évidente : entrée et plat ; plat et dessert ; entrée, plat et dessert. Les deux premières sont annoncées à 18 € et la troisième, 22 €. Le menu enfant est à 12 € et ne recèle aucune faille. Nous l’avons testé précédemment.
Nous optons pour les œufs « bio » mollets et servis froids avec leur ratatouille et croustillant épicé pour l’entrée ; le cœur de rumsteck et beurre au piment d’Espelette en plat principal. Point de dessert et le regrettons un peu car ils révèlent quelques saveurs attrayantes. Nous délaissons, pour une autre fois, les autres propositions qui  expriment un souci d’offrir un choix varié appréciable. Selon le succès, donc la fréquentation, la carte sera modifiée en fonction des produits du moment.

2

Une carte des vins sans piège

La carte des vins ne recèle aucun piège et nous apprécions la présence du « Château Les Marnières » dans sa déclinaison rouge, blanc et rosé à 13,50 €. C’est cohérent sans céder sur la qualité. Nous partirons quand même sur un Chinon rafraîchi dans la géniale trouvaille du Périgordin Nicolas Menault (2). Un emballage unique, alliance de carton, d’argile et d’aluminium qui fixe et crée une fraîcheur parfaitement adaptée. Nous prenons le temps d’apprécier la présentation de chaque plat qui n’apporte aucune fausse note. C’est harmonieux, sans prétention, consistant et agréable. Comme au premier jour mais, peut être, avec un plus grand professionnalisme et un bon rodage du concept « Bistro », l’adresse est franchement à conseiller. Ce bol d'air frais, aux portes de Périgueux, sans problème stationnement et ce remarquable équilibre entre la prestation et l’addition laisse un sentiment de plénitude, presque de vacances. L’essai constaté en 2011 est transformé. Mais chut… Il paraît qu’il est déjà préférable de réserver.

Pascal SERRE – Photos : L’Esprit Périgord

• Restaurant « Les Verrières ». Du lundi au samedi, le midi, sans réservation. Chancelade. (1) Cyril Haberland a obtenu en février 2011 une étoile au Michelin. (2) Nicolas Menault, 26 avenue de Sarlat à Salignac-Eyvigues. Tél. 05 53 59 68 15

Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC