1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Bergerac-Chine : Mariage entre le riz et le raisin

Yangchun Jiang

Yanchun Jiang est un petit homme qui semble perdu dans l’enfilade de salles du cloître des récollets, à Bergerac, où l’appareil photo en bandoulière il écarquille ses yeux en s’inclinant devant vous esquissant un sourire aussi serein que magique. Il y a dans  ce personnage une délicatesse effacée parfaite expression de l’esprit d’une civilisation basée autant sur le cœur que sur la raison.
Yangchun Jiang est photographe, un photographe officiel, un fonctionnaire de la région du Hunan et plus particulièrement de la province de ZhiangJiaJie, honoré et respecté pour son remarquable travail sur les paysages mais aussi et peut être surtout la vie quotidienne des habitants. Ses images nous offrent une Chine de cartes postales avec un grand supplément d’âme que son œil qui saisit les jeux de lumière avec une rare virtuosité, se joue des floues leur confiant son habilité technique et sa sensibilité venue du fond des temps.

ZHANGJIAJIE-03

Une naïveté délicatement composée

Si les paysages nous saissisent par leur majesté naturelle les scènes de la vie quotidienne nous délivrent de véritables tableaux où les scènes et les personnages exaltent une Chine éternelle ancrée dans ses traditions et nous rassurent ainsi sur le « dragon chinois » que l’actualité nous distille. Il y a dans ces fresques une universalité du genre humain avec une naïveté délicatement composée. Il y a dans chaque image ou tableau un ordre immuable des lieux, des objets et des acteurs d’une mythologie de l’âme. On trouve là tout le sens de la compassion si chère au Confucianisme pourtant si longtemps combattue par le maoisme triomphant. Mais, c’est bel et bien ainsi que l’on veut voir et même admirer l’Empire du Milieu. 

ZHANGJIAJIE-04

Une exposition qui exalte la tradition et signe une ambition planétaire

L’ingénuité des œuvres entre parfaitement dans ce grand tournant de civilisation qui anime toute la société chinoise. Celle-ci veut assumer son histoire tout en bâtissant un avenir planétaire. Il y a dans cette vision artistique une lecture politique et économique qui n’a pas échappé à Michel Delpon visionnaire président du Conseil Interprofessionnel de la Région de Bergerac à l’origine de cette exposition. Un Michel Delpon frétillant et entreprenant qui a déjà plusieurs voyages en Chine et s’est entouré d’une jeune Chinoise originaire de la région du Hunan d’où arrive Yangchun Jiang, Hui Bongrain Chen. Cette dernière après avoir épouse un Bergeracois s’est présentée à Michel Delpon lequel a immédiatement saisit cette providentielle opportunité. Il en fait sa reponsable commerciale pour la Chine. Elle lui prépare un séjour dans sa province de ZhangJiaJie. 

CIVRB-CHINE-01

Il faut que les chinois achètent des propriétés en Bergeracois ; ils ne délocaliseront pas les vignes

Lors de sa première visite à ZhangJiaJie Michel Delpon a le coup de foudre. Il revient avec des projets plein la brouette. « Il fallait commencer par se connaître et les échanges culturels sont ce qu’il y a de mieux » explique le président du CIVRB. C’est tout le sens de cette exposition qui ouvre une période que Michel Delpon n’imagine que fructueuse mais dans les deux sens. Provocateur il lance : « Il faut que les Chinois achètent des propriétés dans le Bergeracois. Ils ne délocaliseront pas les vignes… » Et toc, il rabat d’un coup les appréhensions toujours possibles.

jiang-delmon

Sweet Bergerac

Si les photographies de Yangchun Jiang sont sucrées, douces il en est de même pour Michel Delpon : « les chinois aiment les vins blanc liquoreux et moelleux et là, Bergerac est le plus grand vignoble du monde dans ces productions. Les vins liquoreux et moelleux correspondent à la cuisine chinoise. Les jeunes chinois, entre 20 et 35 ans sont des consommateurs privilégiés que nous devons initier à la consommation de nos vins. Le chinois voit la France par le prisme du romantisme et j’entends utiliser l’image de Cyrano qui offfe une belle histoire d’amour romantique. Il nous faut exporter cette légende pour que nos vins soient entourés d’une forte notoriété émotionnelle. »
Déjà, les vins de Bergerac ont un bureau à Shangaï et étoffe sa représentation en Chine et les voyages se mutliplient. Michel Delpon étudie la création d’un musée sur Cyrano dans le cloître des Récollets afin d’appuyer sa démarche. « Ce sera un lieu de rencontre, d’échanges et de promotion pour répondre particulièrement à la sensibilité chinoise » dit-il avec une passion qui signe une volonté annonciatrice de réussite. L’objectif commercial, toujours présent, est de multiplier par trois sur trois à cinq ans les exportations de vins de Bergerac. « C’est pas un pari, dit le Président du CIVRB, c’est un objectif raisonné et réalisable. »  Un message entendu qui,  par temps de crise, couvre la sinistrose française.
En attendant et pour mieux comprendre le pragmatisme de Michel Delpon il vous reste à visiter l’exposition proposée et, peut être, de bavarder avec Yangchun Jiang et devenir un adepte un mariage du riz et du raisin.


Pascal SERRE - Photos : L'esprit Périgord


Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.