1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Guy Penaud et « l’autre armée de l’ombre »

LagudalÉvoquant l’action des services secrets anglais durant la Seconde Guerre mondiale sur le territoire français on peut compléter en parlant d’une « autre armée de l’ombre ». C’est le sujet de ce travail qui, même si il s’attache à la Dordogne ne manque pas de relater le contexte complexe et l’action menée de concert par les britanniques avec la Résistance en France. Une fois de plus, l’historien s’emploie à nous donner une somme d’informations, de faits et nous révèle des personnalités sur lesquels on a peu travaillé. L’inlassable chercheur qu’est Guy Penaud prend comme point de départ l’opération « Corsican » et son message « Gabriel va bien » qui a pour objet le parachutage à Lagudal, sur la commune de Beleymas, en Dordogne de quatre parachutistes anglais. Tous agents du Spécial Opérations Exécutive, le SOE britannique créé par Winston Churchill. Ils sont munis d’explosifs et du matériel de sabotage destination de la Résistance encore balbutiante. Nous sommes dans la nuit du 10 au 11 octobre 1941. Ce lieu est devenu, avec le temps, un espace symbolique et mémoriel de la Résistance.

Après avoir planté le décor de cette fresque, Guy Penaud présente les acteurs majeurs de cet épisode de la Résistance. Comme toujours, l’auteur ouvre les portes particulièrement sombres de la période 1941-1943 avec rigueur. Veillant à s’écarter de la mythologie résistancialiste, celle de l’été 1944, il nous fait découvrir une France écartelée et des hommes seuls et imprégnés des seules valeurs républicaines et de l’espoir que nourrissaient la voix du général de Gaulle et son alliée britannique. En lisant, on ne peut s’empêcher de se remémorer le célèbre film de Jean-Pierre Melville L’armée des ombres avec Lino Ventura, Simone Signoret et Paul Meurisse. Une ambiance lourde et angoissante où s’affrontent la France de Vichy et celle de Londres, les allemands et quelques français dans le dénuement le plus extrème. La stature de Jean-Pierre Bloch est un fil rouge qui choisit la Dordogne pour sa situation géographique, ses forêts impénétrables et deux hommes : le docteur Dupuy, maire de Villamblard et Albert Rigoulet dit « le Frisé ». On imagine difficilement aujourd’hui les certitudes qui se faisaient plus fortes que les incertitudes dans le brouillard des premiers mois de l’occupation et de l’instauration du régime de Vichy. Et puis, il faut le reconnaître, Guy Penaud tranche avec la vision gaullienne qui voulait réduire la place de l’allié britannique dans la libération de la France ; il met honnêtement la relation entre la résistance Française et son alliée à une place plus juste.

Le travail de Guy Penaud est dense, et le souci de rester dans un rôle d’observateur et de transcripteur de ces hommes et de cette époque imposent une lecture attentive qui donne un regard particulier, un relief, à des destins largement au-dessus des idéologies et des luttes souvent fratricides entre mouvements de la Résistance qui suivront.

Pascal Serre

Les officiers des services secrets anglais face à la police de Vichy en Périgord, Guy Penaud, La Geste, 258 pages, 22 euros


Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC