1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Périgueux : La maison d’Émile Goudeau

A l’ombre de l’imposant Palais de Justice du à l’architecte Louis Catoire, sur sa rive droite en entrant chez Thémis, en fait sur une place qui ressemble davantage à une rue, au numéro 6, en relevant un tantinet la tête on peut apprécier une belle quoique souffreteuse façade.
Le centre d'amincissement de Laurence Gay et l’écrivain public Louis Petriac qui, tous deux, ont élus domicile en ces lieux ne s’habituent pas totalement, et c’est tant mieux, à cette demeure à l’histoire discrète mais bien réelle.

Emile Goudeau

Fils d’architecte, sculpteur et franc-maçon

Nous sommes en 1849. Émile Goudeau naît. Ce fils d’architecte qui possède aussi quelques dons pour la sculpture, franc-maçon aussi, décide de construire une maison au 6 rue du Palais.
L’avenir se dessine ici, dans ce quartier en pleine rénovation. La façade sera élégante, prestigieuse et évocatrice du talent de Germain Goudeau qui vient d’acquérir la parcelle. L’homme est un homme connu, reconnu et figure en bonne place dans la bourgeoisie locale. Il réalisera de nombreuses sculptures dont celles de la façade du Centre Culturel de la Visitation et la statue du couvent Sainte-Marthe, rue de la Cité. Pour Guy Penaud, historien de Périgueux « Cette maison, malgré la disparition des balustres des fenêtres et du runes du faîtage conserve des décorations frontales de style néo-renaissance qui sont les œuvres de Germain Goudeau qui la construisit en 1850 et l’habita jusqu’en 1857 ». Un style qui tranche avec celui néo-grec du Palais de justice. Devons-nous voir là une sympathique et artistique provocation ?
Martine Balout, animatrice du Patrimoine à la Ville de Périgueux explique : « Au centre de la façade on peut voir la tête d’une femme sculptée qui pourrait représenter celle de la mère de Léon Bloy, écrivain célèbre, tandis que deux têtes masculines identiques sont posées en symétrie de chaque côté… » Ce pourrait être le portrait de Germain Goudeau.

MAISON-GOUDEAU-PERIGUEUX-01 MAISON-GOUDEAU-PERIGUEUX-02

 

Place-Emile-Goudeau-Paris

Criblé de dettes il meurt d’un cancer

C’est dans cette demeure bien placée que Germain Goudeau installe ses ateliers de sculpture. Eugène Massoubre, rédacteur en chef de l’Echo de Vésone se fend, à l’époque, d’un article élogieux sur le sculpteur à l’occasion d’une statue de la Vierge destinée au château de Hautefort.
Germain Goudeau apparaît dans les calendriers de la Dordogne de 1853 à 1859 comme « entrepreneur de bâtiment ». On lui devrait quelques monuments dans les cimetières de Périgueux. D’ailleurs, à partir de 1860, sa veuve qui a repris l’entreprise est donnée comme « entrepreneur de monuments funéraires ».
Germain Goudeau, en 1857, criblé de dettes, est contraint de vendre sa maison et s’installe au 29 de la rue Victor Hugo. Atteint d’un cancer et toujours poursuivi par ses créanciers il doit la revendre à son beau-père deux moins avant de décéder, le 5 décembre 1858.
Son épouse, sans ressources, poursuivit un temps l’activité dans ce qui est aujourd’hui la rue Louis-Blanc avant de se retirer à Nantes.

Journal-les-hydropathes

Du Chat noir au Cercle des Hydropathes

Emile Goudeau, quant à lui, après des études au séminaire de Bergerac où il entra à la disparition de son père devint enseignant puis journaliste. Avec sa barbe noire et son fort accent périgourdin il « monte » à Paris en 1873. Il sera fonctionnaire au Ministère des Finances, peut être, déjà, grâce à autre Périgourdin, Louis Magne, un temps ministre des finances.
Mais la notoriété de Émile Goudeau est due essentiellement à ses activités de romancier et poète. En 1878, avec l’appui de Anatole France il publie son premier recueil : Fleurs de bitume.
Baudelairien de cœur et d’esprit, ami du caricaturiste Périgourdin Georges Goursat dit Sem, Émile Goudeau sera un des fondateurs du célèbre cabaret de la Butte Montmartre, le Chat noir et du Cercle des Hydropathes. Entre 1878 et 1900 il écrivit pas moins de 13 romans ou nouvelles.
Célèbre pour ses mystifications, il confia à la maison Borniol son propre enterrement qui se déroula, en 1906, dans Le Chat noir transformé en chapelle ardente
. Il ne revint jamais à Périgueux.





PETRIAC-01D’un siècle à l’autre, la veine littéraire coule toujours

Au début du XXème siècle la maison dite de Émile Goudeau devint le siège de la chambre des notaires de la Dordogne avant que d’être cédé à un particulier. Dans les années soixante-dix, à l’arrière, le jardinet traversé, dans les anciens ateliers de sculpture, s’était installé un commerçant en livres anciens, timbres et autres antiquités.
En fait, la maison n’a abrité que les premiers pas d’enfant d’Émile Goudeau lequel, dans son œuvre Dix ans de bohême, ouvrage en partie autobiographique, fait finalement fort peu référence à la demeure familiale. Il semble même avoir préféré oublier ce qui pouvait apparaître, à l’époque, comme malvenu, la situation de son père.
Aujourd’hui la veine littéraire coule de façon magique dans les vieilles pierres au travers de la maison d’édition tenue par Louis Pétriac dont la personnalité et le mode de vie n’auraient point déplus à Émile Goudeau.

Pascal SERRE - Crédit photos L'esprit Périgord


Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Sortie de route

DSC 0085Ils sont là, droits dans leurs bottes et gauches dans leur tête. Les rois du codicille, les princes de la virgule, les nobliaux du soupir acide à devoir se plier à leur nouvel emplacement de minoritaire et qui réclament à hue et dia leur statut d’opposant. Ils sont si atterrants que je persiste à leur donner une bénédiction qu’ils récurent avec une ardeur démoniaque et satisfaite. J’imagine en vain une hospitalière répartie qui ne vient pas. Eux, s’enfoncent davantage dans leur malheur.

 

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

IMPRIMERIE-FANLAC