1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Christophe de Beaumont : un Archevêque qui avait un sacré caractère

Christophe de Beaumont est né le 26 juillet 1703 au château de La Roque-Péagers, situé entre Meyrals et Saint-Cyprien. Un oratoire aménagé dans une tour conserve un bel ensemble de peintures pariétales : une des scènes représente une mise au tombeau du XVIème siècle, entre les donateurs agenouillés. Cet ensemble est si remarquable qu’on en a reproduit une partie au musée nationale des monuments français de Paris. Il était le fils de François de Beaumont, comte de La Roque et seigneur du Repaire, et de Marie-Anne de Lostanges-Sainte-Alvère.

Prélat pieux et charitable, mais de caractère très ferme

BEAUMONT-01Après de solides études, il devint chanoine comte de Lyon, en 1732, puis fut nommé grand vicaire de Blois en 1735. Il fut sacré évêque de Bayonne le 24 juillet 1745 et, enfin, archevêque de Paris en 1746, poste qu’il conserva jusqu’en 1781. C’est à la demande expresse de Louis XV (dont une lettre personnelle du roi en date du 17 août 1746 qui n’était plus une demande mais un ordre) qu’il fut nommé à la tête de ce diocèse prestigieux. Prélat pieux et charitable, mais de caractère très ferme, il prit une part importante aux querelles religieuses de son temps. Duc de Saint-Cloud en 1750, proviseur de Sorbonne en 1759, pair de France en 1750, il avait été fait commandeur de l’Ordre royal du Saint-Esprit le 1er janvier 1748. Voltaire qualifia « monsieur respecté » cet adversaire déclaré des philosophes. Après s’être illustré dans la lutte contre le jansénisme, il avait prononcé des mandements contre l’abbé de Prades (1752) et contre Helvétius (1758), lorsque parut l’Emile.

Face à Jean-Jacques Rousseau

L’archevêque n’aperçut manifestement pas tout ce qui séparait Jean-Jacques Rousseau du clan des philosophes, que la profession de foi du Vicaire savoyard s’employait justement à critiquer. Mais la négation du péché originel restait inadmissible pour le prélat. Après la condamnation de l’Emile par le Parlement de Paris (9juin 1762), le mandement publié par l’archevêque Christophe de Beaumont contre ce même texte le 28 août 1762, et signalant les erreurs contenues dans l’ouvrage du point de vue de la doctrine catholique, affecta beaucoup Rousseau, qui avait quitté précipitamment le territoire français quelques semaines plus tôt. Il répondit rapidement (mars 1763) dans la célèbre « Lettre à Christophe de Beaumont ». Rousseau nous offre une précieuse mise au point sur les thèses établies dans le Discours sur l’origine de l’inégalité et développées dans l’Emile. En même temps qu’il proteste de la sincérité de ses sentiments chrétiens, il explique son refus du péché originel : « Le péché originel explique tout excepté son principe, et c’est ce principe qu’il s’agit d’expliquer ». Rousseau explicite en outre les principes de sa comparaison des religions et insiste sur la conformité du protestantisme à la religion naturelle. Surtout il dissipe les ambiguïtés qui pesaient sur son anthropologie – il a voulu montrer que l’homme de la nature n’était point corrompu dès l’origine, mais il n’a jamais prétendu de donner un modèle puisque : « la conscience ne se développe et n’agit qu’avec les lumières de l’homme » ; elle « est donc nulle dans l’homme qui n’a point comparé, et qui n’a point vu ses rapports. Dans cet état l’homme ne connaît que lui (…) ; borné au seul instinct physique, il est nul, il est bête ».

notre dame de paris

Son cœur repose dans une chapelle de Saint-Cyprien

Christophe de Beaumont lutta aussi farouchement contre le jansénisme, contre le Parlement et même contre la Cour. Ses écrits autant que ses mauvais rapports avec la marquise de Pompadour, qu’il voulait éloigner du roi, décidèrent Louis XV et le Parlement de Paris à l’exiler plusieurs fois dans son château périgourdin, à Conflans ou à la Trappe de Séez. Ces exils avaient surtout pour but d’apaiser les querelles. Il est mort archevêque de Paris, duc de Saint-Cloud, pair de France et commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit, à Paris le 12 décembre 1781. Il fut inhumé à Notre-Dame-de-Paris. Son cœur repose dans une chapelle de Saint-Cyprien, en Dordogne.

Guy Penaud - Photos : L'Esprit Périgord


 

 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.