1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Faits divers

fd-ep-couv.jpg
Note : Pas noté
Prix:
Prix : 19,50 €
Description du produit

Journaliste, patron de presse, homme de communication politique, l’auteur traverse les « années piteuses » en affrontant les illusions perverses des pouvoirs d’une réalité poisseuse, pesante et contradictoire de l’esprit provincial.

L’auteur a répondu aux sirènes des années 80 que furent Bernard Tapie et Jacques Séguéla. Le premier pour son image de réussite basée sur la performance ; le second pour son discours flamboyant sur la communication. Ce sont les « Véronique et Davina » de toute une génération corrompue par des valeurs aussi dévastatrices qu’exaltantes.

C’est une exceptionnelle saga de trente années à la tête d’un groupe de presse et de communication aux dimensions régionales soumis à la dure réalité des tribunaux de commerce, des mandataires judiciaires et des enjeux diaboliques des grands groupes de presse provinciaux.

Du syndrome du publiciste à celui du hamster, l’auteur nous fait partager une aventure qui l’amène à s’échouer dans le « Burnout », syndrome d’épuisement professionnel. Une douleur inavouable et inaudible qui devient un véritable phénomène de société.

Un plaidoyer sous forme de paraboles pour la création d’entreprise qui allie l’intelligence économique à celle de l’émotion et la reconnaissance de la souffrance des petits patrons.


Auteur : Pascal Serre est un journaliste et essayiste Périgordin. Né à Périgueux, en 1957, il a créé et développé entre 1977 et 2009 un groupe de communication et de presse sur les départements de la Dordogne et du Lot.


Description : hauteur 24 cm x largeur 15,5 cm - 286 pages - Finition : broché - EAN : 9782954344102 ; ISBN : 978-2-9543441-0-2


 

Lot de 1

Commentaires des clients

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Salon du Livre gourmand : maladresse ou mépris ?

Affiche2018Le superbe catalogue du dernier Salon du livre gourmand démontre parfaitement combien il y a les vedettes de la grande littérature nécessairement parisienne et les supplétifs de la littérature rurale. Alors que les « médiatiques » bénéficient d’une belle présentation, les auteurs Périgordins sont mentionnés à la page 180, dernière page, ridicule enclos intitulé : «  éditions à compte d’auteur ».  

Lire la suite...

Mes bonnes adresses