1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Good by Lascaux !

DSC 0056On disait le Périgord terre d’élections depuis l’Homme de Cro-Magnon. Avec les échéances de cette année, après le Good by Lénine de 1989 en Europe de l’Est, assisterons-nous, en Dordogne, à un Good by Yalta hérité de l’après-guerre, entre Robert Lacoste, Lucien Dutard et Yves Guéna ? La multiplication des copies de la grotte de Lascaux témoigne-t-elle d’un règne des gérontes qui ne connaissent pas la grotte de Platon ?

Quelques incursions au dernier Salon du Livre gourmand de Périgueux, en novembre dernier, m’avaient permis entendre certains invités déplorer la pauvreté des discours politiques, et même l’inculture des orateurs. J’en étais presque épouvanté et je m’en retournais dans ma thébaïde avec une affliction éclairée ou, pour le moins, un regard désemparé et l’esprit ébranlé. J’enfouissais mes idées noires, les estimant injustes. En fait, je relisais l’allégorie de la caverne, si chère à Platon dans l’attente de l’inauguration de la nième copie de la Grotte de Lascaux, gloire de mon pays natal, découverte de quatre jeunes totalement ignares sur les choses de la vie.

Les gérontes se battent entre eux et si un minaud s’annonce il lui faudra jouer l’écuyer 

9a9a0d6f9d 99712 lascaux 1 decouverteEt puis, voici que le grand frisson des élections me réveillent. Avec les mêmes illusionnistes, si ce ne sont les vopos d’un tout autre mur de Berlin qui s’alimentent des défaites d’un système à bout de souffle. J’entends sur les marchés, plus que ne je lis dans la presse locale, les soubresauts des candidatures naturelles et contrariées issues des tambouilles qui prétendent nous rendre heureux. Un bonheur promis pour demain mais surtout avec ses avant-premières d’un spectacle familier et habituel qui éloigne à chaque scrutin davantage de bonnes âmes. 

Soyons clair, malgré les fanfaronnades des ultimes sacristains d’une religion abandonnée, les masses annoncées dans les appareils politiques sont comme les églises : clairsemées. Restent les gérants et quelques employés en contrat aidé ou à l’approche de la retraite anticipée ou, encore, dans l’illusion d’un coup de pouce. La lente érosion de la gauche que la droite n’arrive pas à combler, les extrêmes apparaissant comme de mythiques « Jacquou », l’apostasie de la pêche à la ligne, n’entament en rien les dogmes de la cuisine des égos que sont les partis politiques. Les gérontes se battent entre eux et si un minaud, Jacquou en culotte courte, s’annonce il lui faudra jouer l’écuyer et son compagnonnage sera soumis à la règle du clan.

Ce Périgord que l’on nomme de cocagne, ce jardin d’éden, refuse de manger la pomme

Ces prochaines élections, en Dordogne comme partout en France, devrait marquer la fin d’une époque, celle héritée de l’après-guerre, celles des ténors de l’époque qui imprimèrent durant un demi siècle une vie politique repliée sur des accords rendus caduques par les évolutions du temps et des mœurs.

Le Périgourdin, et il le sait fort bien, conserve ses spécificités ethniques et sa géographie qui lui permettent de retarder chacun de ses rendez-vous avec l’histoire. Ce Périgord que l’on nomme de cocagne, ce jardin d’éden, refuse de manger la pomme et c’est ainsi qu’il demeure éternel. Il est fort à penser que le paysage politique sorti des urnes ne sera en aucune façon modifié. Tout ce qui fait les délices de ce commerce des idées et de l’intérêt général restera ce qu’il est.

Un des derniers secrets de la vie politique locale de l’après Yalta

4e3af5a12ff9963b8a2a98dd2fef0483Il y aura vraisemblablement un Lascaux V de la politique locale pour que l’original soit bel et bien préservé. C’est là notre spécificité culturelle et, finalement, ce ne doit pas être si mal. Mais, aussi, nous pourrions créer une réplique de la grotte de Platon et organiser par nous-mêmes notre propre théorie sur l’organisation idéale de la Cité et sa théorie du pouvoir. Sauf que, je me rappelle les murmures étouffés du dernier salon du Livre gourmand sur notre capacité à nous suffire de nous-même et d’avoir un sens génialement suicidaire d’exalter le passé sans chercher à nous ouvrir aux autres mondes. Je crains que certains de mes contemporains ne sachent pas ce qu’est Yalta. Alors, le reste…

N’oublions pas que nous avons été, en 1997, un des rares départements à élire un député communiste… Ce fut davantage l’élection d’un enfant du pays qui n’avait pas démérité dans les campagnes alentour que d’un thuriféraire du Marxisme. C’est là, encore, un des derniers secrets de la vie politique locale de l’après Yalta.  Il faudra vraisemblablement encore attendre que les truffes chinoises aient supplanté la tuber Melanosporum pour que tout ceci change. En attendant, c'est la galère.

Photos : domaine public et Pascal Serre - Texte : Pascal Serre


Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

AGEMA

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.