1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Un journaliste est celui qui vend la mèche en se brûlant les doigts

Le journal L’Echo Dordogne est un journal d’information mais aussi d’opinion, communiste. Ses journalistes professionnels n’avançent pas masqués par une objectivité à géométrie variable. En début de semaine, ceux-ci constataient qu’ils n’étaient point conviés à la conférence de presse du président de la Communauté d’Agglomération de Bergerac. Très vite, les journalistes sont informés de la raison : ils se sont faits les relais du combat syndical mené par la CGT de la collectivité, et le président, Frédéric Delmarès, n’a pas apprécié.

La presse locale se fait presque toujours muette

C’est dans l’édition de L’Echo Dordogne du Mardi 13 fevrier que nous apprenons une situation qui, pour le moins, est contraire à la liberté de la presse, et d’expression tout simplement. Cette pratique, malheureusement, n’est pas unique. Mais, la presse locale se fait presque toujours taiseuse et la confraternité en berne, et donc complice de sa propre condition.

ob 0cf4df img 2401Pour être totalement honnête, dans son édition du samedi 17 fevrier le quoitidien Sud-Ouest sous le titre « Boycott » a relaté de façon factuelle et en quelques lignes lapidaires la chose évitant soigneusement de s’insurger sur cette atteinte aux droits fondamentaux du journalisme.

Le Club de la presse, au-delà des côteries convenues qui en sont l’essence, ne s’est point ému. Il est vrai que, en grande partie, il est composé de communiquants et que la plupart des journalistes ne le fréquentent guère.

Il y a quelques années, Daniel Garrigue alors maire de Bergerac et ayant quelques démélés avec la presse locale avait vu une délégation de ce même Club de la presse l’interpeller lors d’une réunion publique. Les choses étaient provisoirement rentrées dans l’ordre. L’honneur des uns et des autres étant sauf.

« Pourquoi acheter un journal quand on peut acheter un journaliste ? »

ewen cousin a gauche a la sortie de l audience du 19 octobreEn juin 2016, Ewen Cousin, chef d’agence de l’Echo Dordogne était poursuivi par deux agents de la Préfecture. Il fut relaxé ; mais, là-encore, les confrères restèrent dans leur strict rôle de journaliste. Il y eût vraisemblablement quelque discrète compassion envers Ewen Cousin, lui-même président de ce Club de la presse dont la seule médiatisation est un gala humoristique où sont mises en scène de plaisantes personnalités locales venues entretenir leur propre ego, il est vrai parfois avec un côté grinçant mais que l’on veut sans lendemain. Une sorte d’exutoire, de séance de confession ou de psychanalyse.

Dans une ancienne vie de journaliste sur ces mêmes terres, baigné par une vision idyllique et utopique, j’ai essuyé les tempêtes des barons républicains, de gauche comme de droite, souvent de gauche. Ce fut toujours un grand moment de solitude.

Je garde en memoire cette citation d’un orfèvre en matière de rapports entre journaliste et pouvoirs, Bernard Tapie : « Pourquoi acheter un journal quand on peut acheter un journaliste ? » Mais, je prefère et cultive toujours celle de Pierre Nora écrivant dans Aphorismes : « Un journaliste est celui qui vend la mèche en se brûlant les doigts. » 

Pascal Serre


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Mes bonnes adresses

AGEMA