1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Salon du Livre gourmand : maladresse ou mépris ?

BAT Couv Soupe02rJBAT Couv Souper couve veux être clair. C’est mon instituteur en blouse grise qui m’a appris à compter, à lire et à…. écrire. Je ne suis pas académicien et je ne connais pas les plateaux de télé-réalité. Mon ordinateur et mon clavier sont mon psychiatre et mon psychanalyste. Je découvre le sens des mots et leur association avec mes folies imaginaires autant que dans l’histoire de mon Périgord. Je ne suis pas historien, je raconte des histoires. Je ne me considère pas davantage comme un Victor Hugo. Mais, sans, je crois, avoir un égo démesuré, peut-être même offrir une certaine forme de sous-estimation du Moi, j’ai été choqué, vexé par cette maladresse et ce mépris des organisateurs du Salon du Livre gourmand envers des plumes bien plus supérieures à la mienne, de Anne-Marie Cocula à Michel Testut en passant par Jean-Charles Savignac. Il en va encore pire auprès des éditeurs qui prennent des risques que seule la passion peut justifier.

C’est dans le journal Sud-Ouest de ce samedi que Bernard Tardien – Les Editions Fanlac  - s’insurge et en profite pour rappeler que sa nouvelle édition de « Truffe et trufficulture », ouvrage de référence nationale sur le sujet, est totalement à compte d’éditeur.

Avec mon éditeur Jérôme Gabuteau des Livres de l’Ilot, j’ai profité de cette remarquable manifestation pour éditer mon dernier opus « Le Souper des mendiants » présenté avec dédicaces à la sympathique librairie de Marie-Pierre Mazeau-Janot à l’enseigne originale Les Ruelles.

Même si sur le site officiel du Salon, dès le lendemain de l’inauguration, on pouvait lire sous le titre « Rectificatif » : « Les auteurs présents en page 180 du catalogue du Salon du Livre Gourmand, distribué à l'entrée du Salon, ne sont pas à compte d'auteurs mais bien au sein de maisons d'édition. Toutes nos excuses pour cette erreur aux maisons d'édition y étant mentionnées » le mal était fait, la maladresse et le mépris toujours affichés dans la mémoire des « écrivains ruraux ». C’est un peu tard, le mal est fait, et cela n’enlève rien à ce camouflet que je veux, par bienveillance, admettre comme sottise.

J’aurai pu venir avec un gilet jaune. J’ai préféré annuler mes séances de dédicaces. Je m’en excuse auprès de mes lecteurs Périgordins qui, je n’en doute pas, apprécieront la dignité bafouée d’un gratte-papier, et de son éditeur.

Pascal SERRE

Vous pouvez toujours me commander un exemplaire à : Pascal SERRE - 10 Chemin des Petites Fontaines 24650 Chancelade - 15 euros port compris


 

 

Vous n'avez pas la permission de commenter.

Mes bonnes adresses

AGEMA