1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

La nouvelle carte politique de la Dordogne

DSC 0008A l’issue du premier tour des élections départementales, la Dordogne joue le village des irréductibles socialistes, laisse la droite à la case départ et le Front national sur sa faim. La semaine risque fort d’être tendue et le résultat du second tour presque incontournable. Petit essai de politique-fiction à destination des non candidats.

Lire la suite...

La droite fait son passage de la mer rouge

DSC 1135La droite a clôturé ce jeudi soir, à Périgueux et dans tout le département une campagne en tenue bleu horizon. Elle voit même la ligne bleue des Vosges. Une posture presque biblique qui annonce le passage de la mer rouge pour le pays de Canaan.

Lire la suite...

La panne de la gauche radicale

Hollande-BayletEn Dordogne, longtemps incarné par des personnalités brillantes telles que Yvon Delbos ou la dynastie Bonnet le Parti radical de gauche a bien du mal à exister. Celui qui incarne les clientélismes politiques de toutes les républiques n’a plus grand-chose à monnayer. Lors des primaires socialistes de octobre 2011, Jean-Michel Baylet, patron des radicaux de gauche, recueillait en Dordogne 0,33% des suffrages. A l’approche des scrutins électoraux des Départementales et Régionales ils envisagent la reconquête.

Lire la suite...

Jean-Pierre Roussarie : « les pieds dans le plat »

JPROUSSARIE-02En octobre dernier, Jean-Pierre Roussarie et Arnaud Le Guay, proches de Arnaud Montebourg, créaient l’association  « Des idées et des rêves ». A l’époque, ils déclaraient vouloir « mettre les pieds dans le plat ». Depuis les choses ont changé.

Lire la suite...

Jacques Monmarson : " La gauche est en grand danger"

MONMARSON-01Battu aux dernières élections municipales à Saint-Astier après 37 ans de mandats et démissionnaire de l’Union des maires de la Dordogne qu’il a présidé durant 24 ans Jacques Monmarson garde sa liberté de parole. Le toujours premier vice-président du Conseil général de la Dordogne, suppléant du Sénateur Bernard Cazeau tire la sonnette d’alarme d’une gauche malmenée.

Lire la suite...

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.