1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Auzou-Moyrand : La victoire d’un parti

MOYRAND-AUZOU-G011Evoquant son départ du gouvernement en janvier 1946, le général de Gaulle expliquent son acte ainsi dans ses Mémoires d’espoir : « Car les partis réapparaissaient, autant vaut dire avec les mêmes noms, les mêmes illusions, les mêmes clientèles que naguère. » 

On le sait, par une coutume plus proche de la courtoisie que du règlement, le siège de premier Vice-président devait revenir au maire de la structure intercommunale qui avait fusionné avec feu la Communauté d’agglomération Périgourdine, à savoir Jacques Auzou, président de la Communauté de communes d’Isle et Manoire. Oui, Claude Bérit-Débat, le président l’avait promis à un Jacques Auzou finalement plus naïf qu’il n’y paraît. Au point d’oublier le bon « petit père Queuille » lâchant : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Un Claude Bérit-Débat dont les convictions politiques font de l'homme un implacable militant du Parti socialiste. Et puis, quand la "promesse" fut faite, c'était avant ; avant, c'était quand le candidat Michel Moyrand n'était pas donné gagnant face au maire sortant, Xavier Darcos. Le temps de s'installer dans ses habits neufs et, assez vite, le nouveau maire de Périgueux se vit président d'une intercommunalité en gestation. On sait désormais ce qu'il est advenu de cette prétention. Au moins, pour la première manche.

CBD-G011 CBD-MM.G011

La discipline et le clientélisme des partis

Les tractations de couloirs menées par le Parti socialiste en ont décidé autrement.  Une situation qui rappelle encore ce que le général de Gaulle, toujours dans ses Mémoires d’Espoir nomme un « jeu absurde », le « régime des partis » qui « consiste à faire élire localement grâce à des électeurs puissants, pour des électeurs desquels on se bat, et chacun lutte pour avoir sa place. » Il y a là un malentendu entre le peuple et ses élites. Le caractère incontestablement démocratique de l’élection pose une question essentielle sur le mode de scrutin autant que sur la morale de ce succès. La division et la confusion nées soulignent la prise du pouvoir par les délices d’un régime d’assemblée qui s’appuie sur la négociation, la tractation et la négociation des partis. 

Plus que la victoire du maire de Périgueux, c’est la victoire du parti socialiste et de son hégémonie sortie des urnes et qui est incontestable. La vraie question est : que fait-on de ce pouvoir ? Nous en avons eu une pénible et légitime traduction.

La Pax Périgordana

Dans le Landerneau, tout ceci a été plutôt, et malheureusement, pris comme une pantalonnade, un étriqué marché de dupes. Ce vote entretient le dépit général qui accompagne notre vie politique. Car, de l’aveu de certains conseillers, tout penauds et enfermés dans la logique de leur vote et l’anonymat protecteur, il est évident que « la stature de Jacques Auzou, de par ses résultats, reste un atout pour une ambition territoriale à la mesure des défis posés », même si, aussi, ils en regrettent « la trop grande impétuosité ». Pour se dédouaner, ils évoquent des « batailles d’égos » lesquelles, en politique, sont aussi nécessaires que meurtrières. Tous demandent que la « Pax Périgordana » soit signée entre les deux protagonistes avant le grand choc du mois d’avril, moment où sera élu le président qui gèrera l’avenir pour les six prochaines années. L’intérêt du « Grand Périgueux » l’impose. 

Le Printemps du Grand Périgueux

Toujours dans ses Mémoires, je reprendrais cette pensée du général de Gaulle : « Or, si j’étais convaincu que la souveraineté appartient au peuple dés lors qu’il s’exprime directement et dans son ensemble, je n’admettais pas qu’elle pût être morcelée entre les intérêts différents représentés par les partis. » Et, pour la couleur locale, cette pensée de Joseph Joubert : « le but de la discussion ne doit pas être la victoire, mais l’amélioration. » Alors, même si une hirondelle ne fait pas le printemps, on peut penser que le « printemps du Grand Périgueux », celui d’avril prochain, sera au rendez-vous de la démocratie, de l’honneur de notre classe politique et de la confiance retrouvée avec nos élites.

Pascal SERRE


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.