1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Valentin Auro : « Je suis à l’UDI et j’y reste »

Valentin-AUROValentin Auro est le plus jeune candidat de la liste de Antoine Audi. Ce lycéen de « Saint-Joseph » de 18 ans et qui vit dans le quartier, ne se laisse pas démonter par les controverses partisanes sur son appartenance à l’UDI qu’il revendique et prouve avec sa carte revêtue du timbre « 2014 » et d’une belle lettre en date du 20 décembre dernier signée par le patron de l’UDI, Jean-Louis Borloo. Pour le reste, Valentin Auro rappelle qu’il a été membre du Conseil local de la jeunesse de Périgueux et milite aussi dans l’association patrimoniale « La Pierre angulaire ».

« Je suis arrivé à l’UDI à sa création sans pour autant y trouver une vraie dynamique. J’avais le sentiment de ne pas servir à grande chose, voir à déranger. Avec Michel Bersac, que je connaissais, j’ai rencontré Antoine Audi qui m’a proposé de travailler sur son projet de campagne. Je me suis senti pour une fois utile et j’avais l’impression d’avancer. Ensuite, voyant vraisemblablement mon implication, il m’a demandé si je voulais figurer sur sa liste et j’ai dit oui. C’est aussi simple que cela. »

Valentin Auro accompagne bel et bien ses deux autres colistiers de l’UDI : Marie-Hélène Boras et Thierry Cipierre. Valentin Auro a déjà le sens de la communication et sait faire valoir sa place de benjamin même si sa place – 27ème – ne lui laisse aucune chance d’être élu.

A sa façon toute personnelle et plutôt adroite de communiquer et de s’imposer voici une jeune pousse qui ne demande qu’à s’épanouir. Pour l’UDI et pour Périgueux.

Pascal SERRE


Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC