1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Audi-Moyrand : un débat en trompe l’œil

DSC 0014

 Il est presque 18 heures. Antoine Audi est installé et s’impatiente sur la venue de son challenger : « C’est pas la première fois, il est en retard… » Valérie Dejean qui anime le débat avec ses confrères Antoine Balandra – France Bleu Périgord - , Anne-Marie Siméon – Sud-Ouest – et Marie Berthoumieu – Dordogne Libre – fait remarquer : « Il est pas 18 heures monsieur Audi… » Michel Moyrand arrive. Juste à l’heure. Les deux hommes s’évitent et se toisent avant de se retrouver cote à cote pour la photo traditionnelle, pour l’histoire. L’organisation a été minutieusement préparée : minutage et tirage au sort de l’ordre des prises de paroles, questions et jeux de rôles des journalistes. Les six protagonistes de cette pièce de théâtre médiatique sont autour d’une table bardée de micros.  Antoine Audi a déployé ses notes et articles ; Michel Moyrand a déposé une simple chemise rose dans laquelle sont rangés ses pense-bêtes et messages incontournables. Le premier se veut offensif ; le second préfère une stoïque pédagogie. 

18 heures 05. Les visages des candidats se veulent décontractés 

DSC 0022Les rares accompagnateurs sont contenus dans une salle attenante. A la technique, Jean-Dominique Warlop, le directeur de la station est avec ses techniciens. Dans une autre salle qui permet de voir le débat les journalistes de la Dordogne Libre et Sud-Ouest griffonnent leurs premières notes ; il ne faut pas perdre de temps. L’épouse d’Antoine Audi se glisse avec eux, discrètement. Jean-Marc Pennetier, le directeur de cabinet de Michel Moyrand, préfère le local technique. 

18 heures 05. Les visages des candidats se veulent décontractés. Antoine Audi tombe la veste, presque impatient d’en découdre ; Michel Moyrand préfère conserver sa tenue de ville et balade son sourire alentour. L’atmosphère est coagulée et les deux rivaux font contre mauvaise fortune bon cœur. Le matin, Jean-Paul Daudou a vivement critiqué son propre camp désormais représenté par Antoine Audi. Du baume sur la plaie de Michel Moyrand qui peut compter sur cette division pour gagner. Un coup de canif qu’Antoine Audi doit cautériser dans les meilleurs délais. Chacun sait que la victoire est à la portée de lui mais qu’elle sera à l’arrachée. Il faut non seulement faire un sans faute mais être encore plus meilleur. Tout en paraissant serein sur sa victoire. Question de communication. 

Entre retenue et placidité 

DSC 0023En quarante-cinq minutes les deux protagonistes doivent évoquer les parkings, la navette ferroviaire, le TGV et l’eau. Pour le reste il sera trop tard. L’impatient et bouillonnant Antoine Audi se veut mesuré, attentif et courtois. Cela se sent. D’ailleurs il y perd en fougue et son instinct naturel de domination contrarié réduit une intervention que l’on aurait aimée plus pugnace, plus conforme à son « réveillons ensemble Périgueux ». Toutefois, il succombe aux insinuations de son adversaire sur sa méconnaissance des dossiers. Le voici enfin redevenu lui-même !

Michel Moyrand, de son côté, cultive sa placidité croisant rarement le regard de son adversaire. Antoine Audi écoute les bras croisés, le buste légèrement en retrait ; Michel Moyrand préfère une posture figée, les mains réunies et posées sur la table qui lui fait face. En fait, comme son slogan : « il continue d’écrire l’histoire de Périgueux »…

L’un et l’autre, entre deux joutes ou pendant une intervention de leur concurrent, griffonnent des notes dont on ne sait si elles constituent une contenance ou l’esquisse d’une riposte. Les questions convenues et les réponses tout autant finissent par lasser. On voudrait un petit supplément d’âme et il ne vient pas. Un chassé croisé au final sans intérêt. Il fallait, pour l’un et l’autre, tout simplement ne pas déraper. 

On a attendu en vain le petit mot, la petite phrase, l’emphase qui font d’un homme un tribun  

Chacun joue un spectacle en Trompe l’œil, jeu de séduction et de confusion sur l’auditeur ne laissant aucune place à l’émotion, à la surprise, au mot qui va faire tout l’intérêt et même la différence entre les deux acteurs de cette pièce médiatique. On attend en vain le petit mot, la petite phrase, l’emphase qui font d’un homme un tribun ; un petit quelque chose qui élève l’auditeur au dessus de l’ordinaire. Nous avons des professionnels de la politique, celle de notre époque qui a ses règles, ses convenances. Même les journalistes donnent parfois le sentiment de s’ennuyer.

Arrive, comme le souligne Antoine Balandra « la partie politique », c’est à dire celle des abstentionnistes et des reports de voix. Moins de cinq minutes où les rivaux s'adressent à leurs électeurs sans échanger véritablement. Comme depuis le début on en est au monologue, celui qui évite finalement l’incident, celui du risque de louper l’effet voulu. Alors, personne ne veut et ne cherche l’affrontement.  

Le trompe-l’œil porte sur des sujets inanimés ou statiques 

DSC 0077

18 heures 55. L’ambiance se fait plus apaisée. Antoine Audi et Michel Moyrand se lèvent et finissent par échanger quelques mots dans le studio puis regagnent ensemble, en bavardant, sourire aux lèvres, la sortie. Chacun doit penser avoir rempli son rôle : celui d’être digne et efficace.

Oui, au final, on a assisté à un débat en Trompe l’œil. C’est ce qui ressort de ces quarante-cinq minutes de quasi monologue. Chacun a joué son jeu de rôle à la perfection. Cette perfection, qui n’est que celle de la forme, laisse un goût de vacuité sur le fond et l’épaisseur des candidats. On le sait, d’ailleurs, le trompe-l’œil porte sur des sujets inanimés ou statiques. Et ce fut le cas. C’est enfin le prix à payer dans une vie politique dominée par la place accordée à la communication, parfois destructrice de sens et même de fond.

 Pascal SERRE


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.