1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

L’union des centres : entre le marteau et l’enclume ?

DSC 7173Alors que les démissions pleuvent comme à Gravelotte au Parti socialiste et chez Les Républicains de Dordogne, l’Union des Démocrates Indépendants et le Modem se sont mis en ordre de marche pour, de toutes évidences, peser dans les échéances électorales futures, Européennes et surtout municipales. Il est vrai que les déflagrations électorales successives de l’an passé, présidentielle et législatives, ont sérieusement ébranlé l’ordre politique départemental, et ouvert des perspectives nouvelles pour ces deux formations qui ont été le plus souvent les supplétifs de la Droite Périgordine. Comme le fait remarquer Jean-Pierre Cuberrtafon, élu Modem et représentant le Haut-Périgord à l’Assemblée nationale : « Qui, il y a seulement une année aurait cru qu’il y aurait un député Modem en Dordogne ? » Une évidence qui nourrit toutes les appétences politiques du moment.

« Les centristes étaient trop inaudibles » 

En cette fin de février, dans un hôtel de Périgueux, chacun sous sa bannière, le chant de l’unité retentissait avec une espérance qui sonnait comme un ballon d’essai qui reste à transformer. Jean-Pierre Cubertafon affirmait que « la France se gouvernait au Centre » tout en reconnaissant que « les centristes étaient trop inaudibles en Dordogne ». De son côté, Jean-Pierre Boyer, patron de l’Union des Centristes Indépendants, entonnait « les racines et les références du centrisme dans la vie locale » tout en disant « que tout le monde ne marche pas au même pas… » Il est vrai que son mouvement avait rompu localement le pacte avec Les Républicains dès le mois de mai dernier. Et depuis, les choses ont bien changé chez les héritiers de « l’autre monde ». Comme le soulignait malicieusement le journal « Sud-Ouest » : « En Dordogne il ne restera plus au PS que les employés du Conseil départemental ». Tout en annonçant pour la droite : « A ce train-là, la fête gaulliste du 18 juin organisée par LR va se faire dans une cabine téléphonique. » Un amer constat qui en dit long sur la situation des deux protagonistes qui ont ferraillé ensemble durant puis plus d’un demi siècle dans le département.

Il faut aussi reconnaître que la Dordogne réputée pour ses inclinations « Rad-Soc » s’est toujours liée avant tout à des personnalités du cru ou, tel Yves Guéna du temps du « Pompidolisme », ont privilégié les casse-croûtes et les interventions personnelles pour asseoir leur légitimité. Un Yves Guéna qui s’était attaché un centre droit complice et un Robert Lacoste qui avait raccroché le centre gauche à son profit tout en ménageant un Parti communiste qui savait, en sous main, faire et défaire certaines élections. C’est ainsi que la vie politique du troisième département de France par la superficie a consacré sept décennies.

Alors que le Parti communiste tente de prolonger son existence à travers ses dynasties et ses houleux rapports avec la France Insoumise, les centristes entendent profiter de l’air frais ambiant pour exister. Cette brusque poussée de sève, précoce pour le printemps, sera-t-elle contrarier par une brutale et tardive gelée ?

« Cette union doit faire émerger de nouvelles personnalités locales » 

DSC 7183Les troupes sont maigrelettes et portées par le « macronisme » qui, pour l’instant, reste en retrait de cette union des centres purement locale. Il faudra beaucoup d’énergie et des personnalités reconnues pour que cette « sauce Périgueux » soit durable. Lorsque Jean-Pierre Boyer souligne que « les élections se joueront sur des projets » il ne manque pas de préciser que « cette union doit faire émerger de nouvelles personnalités locales » tout en appuyant sur les projets de territoire, au plus des citoyens pour « éviter une « métropolisation » de la société française. » Discours généreux et prometteur qui reste à inscrire dans des actes. Et ceci passe inévitablement par les jeux de la conquête puis de l’exercice d’un pouvoir qui, localement, ont toujours échappé aux centristes.

La prochaine échéance électorale, celle des Européennes, n’est pas la plus facile dans un département qui n’a jamais été porté sur cette dimension politique. Celle des municipales sera, en revanche, l’échéance majeure qui marquera la transformation des centristes Périgordins. Ce sera le temps des réseaux et des alliances, des projets et de la vraie démocratie de proximité. Vingt-quatre mois s’ouvrent durant lesquels il faudra inverser les comportements presque tribaux de l’électorat Périgordin. Mais, ce sont aussi deux années de compagnonnage avec La République En marche dont le Modem et l’UDI apparaissent comme les supplétifs. Comme, hier avec les gaullistes. C’est là, déjà, le premier chantier pour cette nouvelle union entonnée par le député Modem Jean-Pierre Cubertafon signe comme « la première union du centre et qui est appelée à se décliner dans les autres départements. » Entre le marteau et l’enclume, il faudra une remarquable intuition et une solide habileté pour ne pas, une fois de plus, se faire écraser. 

Photos et texte : Pascal Serre


Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Pourquoi cela va si mal  en France ?

UnknownIl y a dix ans, un procureur de la république associé à un tribunal de commerce complaisant faisait fermer mon entreprise. Résultats : 10 personnes au chômage, dont moi-même. Dix personnes qui travaillaient, consommaient et payaient leurs impôts. Pour ma part, depuis, j’ai du bénéficier du chômage et d’aides publiques bienvenues pour que je me retrouve pas sans un minimum de ressources. Cherchons l’erreur.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.