1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Hervé Distinguin : « Périgueux vaut bien une troisième liste »

DISTINGUIN-02En annonçant au cœur de l’été, pendant le Tour de France, la constitution d’une liste aux élections municipales de Périgueux l’an prochain, Hervé Distinguin, président du Nouveau Centre en Dordogne donne un rendez-vous à celles et ceux qui ne se retrouvent plus dans l’affrontement des égos et les appareils politiques dévastés par les affaires. Plongée dans l’univers d’une droite qui cherche à exister.

Village du Bournat

C’était en février dernier. Le temps des annonces. Face à une presse locale attentive caisse de résonance de cette vigueur printanière. L’annonce d’une prochaine fédération de l’Union des démocrates indépendants (UDI) créée par l’ancien ministre Jean-Louis Borloo ; celle d’une coordination réunissant le Parti radical présidée en Dordogne par Jean-Michel Faure et le Nouveau centre dirigée en Dordogne par Hervé Distinguin ; l’ambition d’être présent dans les élections municipales à Périgueux, Bergerac ou encore Sarlat ; enfin l’élection d’un président départemental de l’UDI entre le 15 avril et le 15 mai. 

Une annonce par temps de sieste

Trois mois plus tard, Hervé Distinguin se fend d’un communiqué de presse ainsi libellé : « L’UDI 24 représentée par Hervé Distinguin Président  du Nouveau Centre, et Michel Bersac, Vice-Président et responsable de Périgueux pour le Parti Radical et , ses deux composantes principales ont décidé, de participer à la constitution d’une liste d’Union, pour les prochaines élections municipales. Ce sera une liste d’Union Locale, ouverte à tous et à toutes Ce sera le projet d’une équipe fondé sur des principes de respect, d’humanisme, de solidarité, de préservation de notre patrimoine culturel et environnementale. La personne qui représentera la liste sera démocratiquement choisit au sein de l’équipe à cette période. » Au lendemain du 14 juillet, période habituellement retenue pour annoncer les mauvaises nouvelles, cette annonce pouvait passer inaperçue. D’autant que, après la tragique disparition de Philippe Cornet le paysage de la droite Périgourdine encore tétanisée tente de panser ses plaies et que la période de deuil n’est pas achevée. Provocatrice ou tactique cette initiative n’entame en rien la détermination du candidat UMP, Jean-Paul Daudou. Contacté, en vacances ou trop absorbé par ses dossiers, Michel Moyrand n’a pas souhaité s’exprimer. A l’Union des Démocrates Indépendants toujours en cours de constitution en Dordogne on se refuse à toute agression face au minotaure qu’est l’UMP. Mais, toujours, en référence à la mythologie grecque, on peut se référer à la métaphore du talon d’Achille. Il faudra attendre que les challengers aient achevé leur sieste pour savoir.

DISTINGUIN-02Je ne serai pas tête de liste

Hervé Distinguin n’est pas un inconnu sur Périgueux. Il s’était présenté à l’élection cantonale sur Périgueux-Est sous l’étiquette de l’Union pour le démocratie française avec un score de 8,50%. Puis, en 2008, il avait soutenu la candidature de Xavier Darcos bien qu’écarté de la liste étant confronté à des difficultés professionnelles qui, aujourd’hui encore ne sont pas éteintes. Il a flirté avec le Modem durant quelques temps mais avoue ne pas être un adepte du militantisme autoritaire. Aujourd’hui conseiller financier il s’estime serein mais entend donner à son action publique une totale transparence et une éthique sans faille : « Je ne serais pas tête de liste dans la prochaine municipale et je vais donner ma démission de président départemental du Nouveau Centre afin de conserver toute ma capacité de travail en faveur de Périgueux et de mes amis politiques. » L’homme paraît droit dans ses bottes et l’affiche sans réserve. Cheville ouvrière d’une liste qui est déjà bien avancée Hervé Distinguin veut taire le nom de la tête de liste qui est déjà retenue et qu’il annoncera à la rentrée. Ce que l’on peut dire c’est que cette personnalité tranchera nettement avec les visages habituels connus dans les isoloirs.  Il est tout aussi acquis que ce visage assurera la présidence de l’UDI en Dordogne dés le 7 septembre.

Une vague de déception et de destins politiques contrariés

Cette liste en constitution se réunit régulièrement et comprend des déçus de tous bords. Que ce soit Nelly Dausse, actuelle conseillère municipale adhérente de CAP 21 ou encore Elisabeth Dartenset qui cherche ses marques dans son propre parti, l’UMP et qu’Hervé Distinguin verrait bien dans la liste, Michel Bersac, ancien conseiller municipal de Yves Guéna, un temps au Rassemblement Pour la France et aujourd’hui  au Parti radical Valoisien, Jean-Pierre Boyer, Président de la Fondation de la Caisse d’Épargne d’Aquitaine, animateur d’un club service et même le pharmacien Thierry Cipierre la liste peut apparaître comme un agrégat de personnalités aussi diverses que d’une ville qui a perdu son « chef » et ses « ambitions ». Et Hervé Distinguin de glisser « nous discutons même avec un ancien communiste impliqué dans la vie associative locale… » Si les 39 noms nécessaires ne sont pas encore réunis c’est avant tout du aux dosages savants imposés par la Loi électorale mais aussi l’indispensable représentativité des différentes couches de la population que des différents quartiers. Hervé Distinguin : « A ce jour, nous sommes certains que cette liste sera bouclée à la rentrée et le programme avant la fin de l’année. »
D’aucun pourrait voir dans cette initiative qu’une vague de déception et de destins politiques contrariés. C’est évident et insuffisant. Entre les deux ténors que sont Michel Moyrand et Jean-Paul Daudou ce sont aussi des citoyens qui veulent faire entendre leur voix mais aussi leurs ambitions. Personnelles mais aussi pour leur ville. Ils savent tout autant qu’ainsi ils peuvent détricoter les habituels connivences d’appareils et redistribuer des cartes à l’odeur politicienne qui trouvent leur réponse dans un électorat qui oscille entre l’abstention et le vote extrémiste. Même si les caciques détournent majestueusement la tête de cette révolte citoyenne ils ne peuvent oublier les tendances électorales et une profonde attente d’une alternative aux candidatures d’appareils et aux programmes trop souvent formatés et balayés par les réalités du moment. Certes, ne l’oublions pas, aux dernières législatives, le candidat du Nouveau centre, Fatahi Kuye, sur Périgueux avait recueilli… 0,77% des suffrages exprimés. Il n’y a pas de quoi pavoiser.  Alors on se penche sur l’abstention qui était de 41%... sur l’émiettement des candidatures qui ne permettent même pas t’atteindre les 5%. C’est maigre.
Pour Hervé Distinguin « la situation a changé. La multiplication des affaires, les promesses non tenues, une UMP locale qui n’a pas de chef… un candidat contesté… un maire sans ambition… »  Il est clair que le combat de cette liste sera difficile et aboutira très probablement à des accords en vue d’un second tour annoncé. D’ailleurs, Hervé Distinguin est clair : «  nous négocierons tant avec les uns qu’avec les autres et en fonction des résultats acquis lors du premier tour. Il s’agira pour nous de trancher non en fonction de critères politiciens mais sur la base de l’acceptation de la plus grande partie de notre programme. »

DO-UDI

Assumer l’héritage et faire ce pour quoi nous serons élus

Côté programme, Hervé Distinguin s’appuie avant tout sur l’alliance entre le libéralisme et l’humanisme. Concept général et trop vague dans une élection locale. «  Nous voulons faire entrer Périgueux dans le top 10 des villes où il fait bon vivre. Nous devons nous appuyer sur la forte attractivité qu’a la ville pour les séniors, les gens aisés à pouvoir d’achat élevé. C’est à partir d’eux que doit se développer une économie du bien être et de proximité. Plutôt que d’opposer les générations et les classes sociales nous voulons les associer et répondre aux aspirations de chacun.  Il y a le tourisme qui reste malgré les effets d’annonces et rodomontades insuffisamment pris en compte. C’est, selon Hervé Distinguin « une aberration que Sarlat, après quatre décennies, soit encore et de loin la première destination touristique du département. Périgueux possède le plus grand et le plus riche périmètre de la Loi Malraux en Dordogne…
Il faut redonner à Périgueux un sens. Il y a eu, et il faut le dire, des actions remarquables telles que la voie verte, l’Aquacap, des aménagements urbains qui sont de vrais atouts inexploités et, aussi, à développer. »
Selon Hervé Distinguin « nous assumerons l’héritage de Michel Moyrand car il n’y a rien d’irréversible dans son action et appliquerons progressivement ce pour quoi nous serons élus. » On attend des précisions qui devrait être présentée en fin d’année.

Nous ne chercherons pas les poux dans le passé

En tous les cas, Hervé Distinguin ne veut pas mener une campagne critique : « On ne va pas perdre notre temps à chercher les poux dans le passé. Michel Moyrand a mené une politique de gestionnaire et a ainsi rétabli les finances locales. On ne peut lui reprocher véritablement que le dispendieux investissement de la mairie et, assurément un manque d’ambition sur de grands projets tels que, par exemple, les avait inscrit Xavier Darcos dans son projet « Périgueux 2010 ». Et, sur la nouvelle mairie, Hervé Distinguin décochant : « L’argument de cette action était que la mise aux normes de l’ancienne mairie était trop élevée ; or, il va bien falloir les réaliser pour accueillir le futur Office de Tourisme. Avec plus de 8 millions d’investissements sur la nouvelle mairie il pouvait y avoir d’autres priorités… J’attends le coût de mise aux normes de l’ancienne mairie et là, il faudra faire le total… »
Si la ville de Périgueux se dévitalise régulièrement avec le départ de certaines institutions en périphérie, Hervé Distinguin reconnaît que «  ce n’est pas non plus la faute au maire actuel. Ce que je lui reproche c’est de n’avoir pas réagi plus tôt. Le projet de galerie Montaigne va disparaître mais il sera remplacé par quoi ? La vie commerciale de l’hyper centre passe avant tout par le commerce indépendant et non par les franchises que l’on retrouve partout. Nos commerçants périgourdins ont la passion de leur ville et c’est avec eux qu’il faut travailler ; pas avec les grandes enseignes qui regardent naturellement que leur retour sur investissement. Même avec les gauloiseries locales le rôle de la mairie est de fédérer avec des aménagements et des animations, une promotion ambitieuse qui mette en avant les spécificités de l’hyper centre.  Depuis 2008 l’Office du Commerce et de l’Artisanat est une coquille vide. Il faut redonner le pouvoir aux acteurs économiques. Ne les prenons pas pour des idiots ou de simples électeurs… »

Le fantastique levier de l'intercommunalité

A l’heure où va naître une nouvelle intercommunalité Hervé Distinguin et ses amis interpellent Michel Moyrand sur la future place de Périgueux dans une aire géographique qui a vu se déplacer différentes attractivités à son détriment. Pour Hervé Distinguin « nous constatons que le dynamisme de la CAP, de par ses compétences et les mutations de notre territoire n’est pas compensé par une politique novatrice et volontariste de la municipalité. Plutôt que d’affirmer de nouvelles ambitions appuyées sur le fantastique levier de l’intercommunalité, Périgueux s’est replié et subit plutôt passivement son recul au profit des communes de la première couronne et, désormais de la seconde couronne. A delà de l’enjeu municipal nous devrons non plus discuter sur une présidence mais sur des projets propres à Périgueux et parfaitement intégrés dans ce territoire exceptionnel qui doit être vécu comme une chance pour Périgueux. » La compétence touristique, par exemple, poursuit Hervé Distinguin, pourrait être dévolue à l’intercommunalité en veillant à ce que Périgueux soit, sur ce plan, le cœur de cette activité mais rayonne en synergie avec les autres communes qui ont, elles aussi, un patrimoine et des potentialités très fortes.
Si on pose le choix de la présidence à Hervé Distinguin il se fait chafouin : « Oui, ce sera entre Michel Moyrand et jacques Auzou… Pour le premier je dirais que la méthode est plus souple et le résultat moins convainquant ; pour le second, la méthode est discutable mais le résultat indiscutable… » A suivre.

DISTINGUIN-04Les marathoniens de Périgueux

Il a toujours été difficile de s’imposer face aux appareils politiques structurés et rompus à l’exercice du pouvoir. C’est un peu moins vrai dans une élection locale mais Périgueux est dans la catégorie des villes de plus de 30 000 habitants sur lesquelles les instances nationales sont attentives et même, parfois, bonapartistes pour imposer un candidat, une liste et des…moyens.
Cette liste portée par la jeune et fragile Union des Démocrates Indépendants qui, en Dordogne, réunit autour de 200 membres, apparaît dans un contexte tourmenté à droite et une gauche dont les différences surgiront avec les pénibles négociations de constitution d’une liste aux composantes contrariées par la politique gouvernementale. De même, sans renier la qualité des colistiers et encore moins celle de la tête de liste affranchie de toute appartenance on doit concevoir qu’elle jouera plus le trublion qu’une véritable alternance et une réponse électoralement solide.
La jeunesse de ses membres, le nombre de ses élus, leur capacité à entamer, à l’image de Michel Moyrand entre 2001 et 2008, un travail constant, régulier et de proximité peuvent marquer le début d’un marathon vers de prochaines échéances. Un marathon au sens d’une épreuve d’endurance, pénible et éprouvante pour les participants en raison d’une durée anormalement longue. Sans oublier que le marathonien est avant tout plus petit, pus court de jambes, plus étroit d’épaules, et généralement moins musclé mais pourvu de mollets et, à un degré moindre, de cuisses qui constituent néanmoins ses atouts exceptionnels. Tout ceci n’est pas qu’une interprétation physique. Elle est aussi, et dans ce cas avant tout politique.

Pascal SERRE - Photos L'Esprit Périgord


 

Commentaires  

 
DARTENCET
#1 DARTENCET 01-08-2013 12:36
Contrairement à ce que pourrait laisser entendre cet article, je précise que ma famille politique est l'UMP et que je ne participe à aucune autre réunion de partis politique quelqu'ils soient.
 

Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

Mes bonnes adresses

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC