1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Médias : quand Aqui.fr est écarté de visite présidentielle dans le Sarladais...

 

header logo aquiNotre série des Estivales fait une pause ce 3 août pour cause d’une autre Estivale, celle du président de la République en Dordogne dont Claude-Hélène Yvard, journaliste de la rédaction d’aqui.fr n’a pu rendre compte. Elle en a, en effet, été empêchée, n’ayant pu obtenir l’accréditation nécessaire pour suivre la visite de François Hollande dans le Sarladais où il s’est rendu en compagnie de Stéphane Le Foll ministre de l’agriculture et de Philippe Martin, le nouveau ministre de l’Ecologie.Cette visite nous avait semblé mériter la présence de notre consœur, familière de la vie de l’agriculture de son département. Et ce d’autant que les thèmes abordés offraient l’occasion de mesurer l’intérêt du chef de l’Etat pour des initiatives qui témoignent du dynamisme d’une profession à laquelle notre site d’informations régionales consacre, depuis sa création, nombre d’articles dont le sérieux est reconnu. Peine perdue.
Aqui.fr n’a pu être présent pour une raison qui disqualifie les décideurs de l’organisation d’un pareil déplacement. La presse web a purement et simplement été écartée des pools de presse retenus, comme c’est le cas chaque fois, en pareille circonstance. Il est vrai que la presse que nous représentons, indépendante de tout groupe, ne doit pas peser bien lourd aux yeux du service de presse de l’Elysée qui dans la très ancienne tradition du centralisme à la française choisit ses interlocuteurs provinciaux. Pour avoir bien connu cette culture-là, dans une période ancienne de notre vie professionnelle, nous pouvons témoigner qu’elle a la vie dure.
Bien entendu, et quoique empêché de suivre la partie du déplacement présidentiel qui l’intéressait le plus, Aqui.fr n’a pas manqué à son devoir d’information et, ce 3 août encore, avec l’aide des organisations agricoles et de parlementaires de la Dordogne qui savent les valeurs que nous défendons.
Il va de soi que cet épisode sera porté, par nos soins, à la connaissance de François Hollande lui-même et de ses conseillers dont nous serions surpris qu’ils l’approuvent. Le SPIIL, notre syndicat professionnel, sera également tenu informé des réponses ou non réponses qui nous serons apportées.
Il y va du respect d’une presse qui naît et se développe et de celles et ceux des journalistes qui, à nos cotés, continueront de défendre le pluralisme et la qualité de l’information.

Joël Aubert - Photo : Aqui.fr


 

 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Un journaliste est celui qui vend la mèche en se brûlant les doigts

7d9fe88202e82ca2a943d1e666fa21d3c813aac0Le quotidien L’Echo Dordogne exclu d’une conférence de presse pour avoir usé de sa liberté d’expression. Silence accablant d’un prétendu club de la presse et grande solitude pour les journalistes de ce journal d’information et d’opinion.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.