1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Claude et Claudette Monfumat : les enfants du paradis

Claude-MONFUMAT-03Ils sont nés au temps des congés payés. Ils se sont mariés alors que de l’autre côté de la méditerranée s’évanouissait le rêve de l’Algérie française. Aujourd’hui, Claude et Claudette Monfumat sont les dépositaires d’une vie qui n’a connu que le paradis de leur quartier, celui de la Cité Bel Air, à Boulazac, tout près de Périgueux.

 

Lire la suite...

Raymonde Gorse : le temps des camarades

RAYMONDE-GORSE-01A partir de 1930, le quartier de la Cité Bel Air, à Boulazac, aux portes de Périgueux, a accueilli une population ouvrière proche du Parti communiste. Ce fut l’âge d’or d’un mouvement qui a profondément marqué l’histoire de France. Raymonde Gorse est une figure de cette fresque humaine où solidarité et entraide faisaient du « Parti » une famille.

Lire la suite...

Chez Monique les voisins sont sympas

DSC 1754Prés de Périgueux, à Boulazac, le quartier de la Cité Bel Air recèle quelques pépites aussi merveilleuses que discrètes. Entre les petites maisons laissées par les américains en 1917 s’est développée une vie faite d’entraide et de solidarité. Sous la tonnelle, protégée par ses nains de jardin, Monique Boivineau accueille Rolande, Georgette et Jean-Marie. Quatre destins qui sont comme les cinq doigts de la main.

 

Lire la suite...

Jeanne Magne : Les feux de la rampe

Jeanne MAGNE 00Presque tous disparus, les bars ou cafés de quartier avaient un rôle social. Ils permettaient un grand brassage entre les familles qui trouvaient là un havre de repos et de détente. Sur le seul quartier de la Cité bel Air, à Boulazac, en Dordogne, on dénombrait pas moins de 16 établissements. Entre 1959 et 1999 Jeanne Magne a été la boussole et l’étoile d’un de ses lieux : le Café de la Cité Bel Air. Elle raconte.

Lire la suite...

Jean-Lucien Georgevail : quand Boulazac rimait avec Hollywood

GEORGEVAILLe monde de Jean-Lucien Georgevail est resté contenu dans sa petite maison familiale, construite par les américains en 1917, à Boulazac, dans ce quartier de la Cité Bel Air. Au fronton de cette bâtisse remarquablement bien conservée, une étoile témoigne toujours de cette époque d’Outre-Atlantique. Projectionniste dans les années soixante il a dressé méthodiquement la liste des 321 films qu’il a programmé dans les salles de Périgueux, mais aussi à Boulazac, dans le quartier de la Cité Bel Air, au dancing Le Moulin Rouge.

Lire la suite...

Les gazouilladesde Pascal Serre

Un journaliste est celui qui vend la mèche en se brûlant les doigts

7d9fe88202e82ca2a943d1e666fa21d3c813aac0Le quotidien L’Echo Dordogne exclu d’une conférence de presse pour avoir usé de sa liberté d’expression. Silence accablant d’un prétendu club de la presse et grande solitude pour les journalistes de ce journal d’information et d’opinion.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.