1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Chez Monique les voisins sont sympas

Rue de Chicago. Une fin de journée de printemps où le soleil achève de se frayer un passage sans bousculer les habitudes de l’apéritif d’un petit groupe plutôt de bonne humeur. Sur la petite terrasse qui jouxte la maison et ouvre sur un petit jardin reliant à la rue, Rolande Lunaud dite « Lulu », Georgette Gayet et Jean-Marie Sauger et Monique sont confortablement installés autour d’une table qui en aurait beaucoup à raconter. De toute évidence, on refait le monde. Le plus souvent possible. Un tableau qui n’aurait pas déplu à Pagnol ou Giono. Et pourtant nous sommes en Périgord, à Boulazac.

C’est en 1970 que Monique, Claude Boivineau et leur fils, Dominique (1), s’installent dans un ancien baraquement de soldats américains construit en 1917, dans le quartier de la Cité Bel Air, à Boulazac.  Presque un demi siècle plus tard, la bâtisse est la véritable maquette d’un bonheur aussi simple que solide. Claude, l’époux, est parti pour le Grand Voyage mais Monique entretient sur cette parcelle héritée de ses beaux-parents le bon goût des amitiés qui ne se nomment pas mais qui se vivent. Ceux-ci, anciens éclusiers à Périgueux, près du canal, le temps de la retraite arrivé, avaient acheté cet ancien baraquement des soldats américains pour y vivre leurs dernières années. C’était en 1968. 

DSC 1757

« Quand les volets ne sont pas ouverts on s’inquiète »

Ici, les gens sont nécessairement bien, le coin tranquille et on peut laisser les clefs dans la voiture. Il est loin le temps où l’herbe folle poussait dans la rue, les lapins de garenne sautaient de jardin en jardin et les hérissons se frottaient les piquants dans les fossés qui accueillaient les eaux usées. Mais, il y a un petit quelque chose qui n’a pas changé et que l’on ne veut pas voir changer ; un supplément d’âme qui donne à une existence un sens particulier : l’amitié. Et cette amitié elle est faite de petites attentions instinctives pour que l’autre ne soit pas dans la peine, dans le besoin. On appelle cela aussi de la solidarité ou de l’entraide.

Jean-Marie se lance : « quand les volets ne sont pas ouverts on s’inquiète. » Georgette poursuit : « si je suis malade je sais qu’il y aura quelqu’un pour me faire mes commissions. » Rolande : « Et puis, on se retrouve, comme ce soir, pour discuter et ça fait du bien. » Monique écoute avec un sourire éclos et prend la parole : « quand mon mari revenait de la pêche il laissait toujours du poisson devant la porte des voisins. Moi, je trouvais des radis, des tomates devant ma porte… » Au premier mai, selon les compères, il y a toujours l’échange du muguet. Tout un symbole. Il y a aussi la distribution des cerises à la saison venue. Et puis tant d’autres petites choses qui rendent la vie plus aimable.

Alors dans ce petit coin fabuleux du quartier de la Cité Bel Air on comprendra que c’est toute une vie, toute une somme d’histoires qui perdurent et entretiennent un art de vivre bel et bien vivant. Oh ne croyez pas que ces braves gens soient nostalgiques ! Ce n’est pas le genre même si les souvenirs s’égrènent dans un sympathique brouhaha, des rires et des exclamations. La vie y est croquée à pleines dents, le cœur dans les yeux. N’est-ce pas joliment dit par Monique : « On a tous une raison de s’aimer. On ne va pas s’en priver. » Si, si… c’est vrai.

Une vie croquée à pleines dents, le cœur dans les yeux

DSC 1760

Jean-Marie : « La rue de Chicago ? Je disais que pour y aller je prenais l’avion à Bassillac… et cela fait encore rire. » Issu d’une vieille famille de l’île de la Réunion, Jean-Marie Sauger a été nommé à la Direction Départementale de l'Équipement à Périgueux en 1980 et il a choisi de vivre dans ce quartier parce que il le trouvait tranquille : « Je suis à la résidence Floride – encore un souvenir des américains. L’été on joue à la pétanque plutôt que de regarder la télévision. Je me rappelle la Coupe du monde de football en 1982, tout le quartier résonnait des clameurs des postes de télévision. En 1998 ce fut pareil. »

Rolande Lunaud est dans le quartier depuis 1953. Elle a travaillé dans des crêches jusqu’à sa mise en retraite, en 1993. Elle se sent en sécurité tout en reconnaissant que le quartier a bien changé en soixante ans : « quand je suis arrivée les toilettes étaient à la Turque, au fond du jardin ; il n’y avait pas d’eau chaude et les rues étaient guère éclairées et pas goudronnées. Mais nous avons été le premier quartier de la commune à bénéficier du tout à l’égout. Il y avait encore de nombreux jardins qui peu à peu ont été vendu pour accueillir des familles. Là, on a senti que les choses étaient en train de changer. Je dirai au milieu des années soixante… Quand aux maisons laissées par les américains elles sont coriaces même si on a souvent dit que les murs sont en carton pâte. »

Georgette Gayet, l’ancienne secrétaire d’une dynastie d’avocats Périgordins acquiesce discrètement : « J’habite le quartier depuis le premier jour du monde. Rue de Vauquois. C’est à la Guinguette de Barnabé, tout à côté, que j’ai connu celui qui deviendrait mon mari. Nous avons fait notre voyage de noces entre Barnabé et Trélissac… J’ai toujours vécu ici et je n’ai jamais été malheureuse. Pour moi, tout est ici, à la Cité bel Air. » On veut bien la croire. 

Un nid de douceur aux senteurs bienveillantes et intimes

Monique Boivineau, l’organisatrice et l’hôtesse de cette soirée entre dans la conversation : « Oui, quand je suis arrivée avec mon mari il a fallu transformer la maison car si les fondations étaient solides il fallait moderniser. Comme beaucoup d’autres, la bâtisse a conservé son architecture originale. Je suis bien ici et je ne voudrais pas m’en aller pour tout l’or du monde. » C’est vrai que la maison de plein pied est assoupie dans un petit jardin aux multiples recoins, un enclos en miniature avec ses nains de jardin et sa décoration presque exubérante et, en tous les cas, presque baroque. Un nid de douceur qui exhale ses senteurs bienveillantes et intimes avec une grande ingénuité mais aussi une élégance naturelle et franche. Comme Monique et ses voisins dont on imagine qu’ils sont devenus de vrais amis. 

Il y a dans cet inaliénable espace une liturgie du bonheur d’être ensemble, de ne pas concevoir la vie sans les autres. Entre eux, c’est naturel : solidarité et entraide ne se réduisent pas au dictionnaire ou aux envolées lyriques et généreuses des fantaisistes de tous poils. C’est une question de coquetterie pour contrarier l’air du temps.

Alors, bien entendu, cette allégorie est une bougie, une petite bougie toujours incertaine et fragile, lumière perpétuée avec une pudeur silencieuse par ce quatuor de voisins qui a fait la fête bien avant que l’on décide de la faire. Dans chaque lieu, dans chaque personnage d’une histoire, pour celui qui veut regarder avec le cœur, il y a une poésie jusque dans les gestes les plus élémentaires et candides d’un quotidien qui ne demande qu’à être émerveillé. On se prend à penser qu’il y a encore des instants privilégiés, des coins singuliers et des gens honnêtes pour que retrouver les chemins de la solidarité et de la générosité. Pas loin, juste à côté de nous, à la Cité bel Air, rue de Chicago.

(1) Dominique Boivineau est le correspondant du journal Sud-Ouest pour Boulazac

Texte et photos : Pascal SERRE

En savoir plus : Ville de Boulazac - Amis de Barnabé


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

La visite à la Péniche

macron perigueuxA Périgueux, rarement visite de président de la République a été aussi fade que celle de Emmanuel Macron. De Poincaré à Hollande, chacun s’en était allé du traditionnel bain de foule. Pour Emmanuel Macron, nous avons, de loin, contemplé une visite virtuelle sur une péniche qui avait pris l’eau quelques semaines auparavant.

Lire la suite...

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.