1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Pierre Fanlac : quand les lettres dansent comme des étoiles

On ne peut pas parler du Périgord sans évoquer la mémoire de Pierre Fanlac. Né en 1918, l’homme de lettres, l’éditeur et l’homme public que fut Pierre Fanlac est disparu en 1991. De son vrai nom, Beaucornu, il avait pris celui du village natal de son arrière grand-père. Ses enfants, Marie-Pierre et Bernard Tardien ont repis la maison d’édition qui accueillit tous les talents d’une époque où l’on contemplait encore les nuages à la manière d’un Caspar David Friedrich. Il serait audacieux de retracer le destin de Pierre Fanlac, ne serait-ce que par sa diversité ou encore son abondance.

Pierre Fanlac et Pierre Seghers

Ce premier samedi de février, dans la grisaille si caractéristique de l’hiver périgordin, dans la maison et l’atelier familiaux de Périgueux , Marie-Pierre, Bernard et leur fille Alice accueillaient les amateurs et connaisseurs pour une vente aussi éphémère qu’éternelle de beaux livres.

Ne croyons pas que l’événement mette un terme à une saga débutée il y a plus de soixante-dix ans. Bien au contraire. La maison d’édition dite « près la Tour de Vésone » s’installe à la campagne, à Aubas plus exactement, là où la famille possède une maison comme les aimait Pierre Fanlac.

Bien sur, il y a de la mélancolie, de la nostalgie dans cette journée. Il faut se rappeler combien l’esthète qu’était Pierre Fanlac représenta ce qu’il y avait de meilleur, tant en politique que dans la culture. Il était un passage obligé dans cette vie provinciale, entre Paul Morand et Roger Nimier, une existence qui se transforme en école de la vie. Pierre Fanlac, outre son talent d’écrivain et de poète était un entrepreneur et un faiseur d’histoires et de destins.

DSC 7160

L’homme avait un art consommé pour relier les contraires

Sa maison familiale, rue du professeur Peyrot, était le lieu des rencontres les plus insolites et l’homme avait un art consommé pour relier les contraires comme un conteur de charme assuré par ses convictions et ses passions. Sa table, à l’esprit gourmand sobre et raffiné, accueillait journalistes, hommes politiques du moment, artistes en vogue ou en devenir. L’art était sublimé afin que chacune et chacun se sentent unique au regard du poète. Le décor, encore inchangé aujourd’hui, témoigne d’une bourgeoisie républicaine, élevée par le travail et le mérite. Avec sa personnalité ondoyante par souci d’harmonie, Pierre Fanlac fut, en amitié, un homme de fidélité. Il en était ainsi du plus humble au plus connu. Son amitié avec l’éditeur Pierre Seghers étant la plus longue et la plus connue. Mais, incontestablement, c’est au Périgord qu’il donna sa plus grande créativité et sa meilleure détermination. La diversité des auteurs et des œuvres – plus de 600 – signent ce qu’il faut bien nommer une allégorie.

Plus qu’un poète, davantage qu’un éditeur, Pierre Fanlac reste un fantastique bâtisseur de ce Périgord où la magie des paysages accouplée à la ferveur industrieuse de ses habitants constitue une légende.

Une biographie rêvée et poétique

DSC 7159Les temps actuels, davantage encore les temps nouveaux, devraient trouver, sans aucune mélancolie, dans les lectures de Pierre Fanlac des trésors d’énergie. Antoine Blondin qui disait « aux signes extérieurs de richesse, je préfère certains signes de richesse intérieure » aurait vraisemblablement apprécié de partager avec Pierre Fanlac la bonne cuisine du Périgord de La Mazille. Pierre Fanlac était incontestablement un romantique qui aurait aimé écouter Gérard de Nerval lui lire El Desdichado, une biographie rêvée et poétique.

La salle à manger de l’éditeur appelée à disparaître fut un théâtre de l’éphémère que représente la vie d’une petite ville de province qui s’étourdit dans des conversations aussi convenues que vaniteuses. L’homme ne voyait dans ces exercices que la célébration des bonheurs toujours en demie teinte. Dans cette comédie humaine,Il y avait, presque naturellement, chez Pierre Fanlac, l’apostille d’un Rastignac. On pourrait ainsi imaginer un bavardage éclairé avec un Jean d’Ormesson dont l’éditeur Périgourdin, à sa façon, possédait un charme comparable.

Toutefois, Pierre Fanlac privilégia toute sa vie les dispositions des périgourdins ; historiens, écrivains, poètes, peintre, graveurs et autres artistes de sa génération ; nombreux sont celles et ceux qui doivent à Pierre Fanlac leur renommée.

La singularité de chaque ouvrage

La fille de l’éditeur, Marie-Françoise, son gendre, Bernard, et leur fille Alice ouvrent une nouvelle page de cette saga balzacienne qui traduit si bien l’âme de la france, celle de ses éternelles provinces où grouillent les talents inachevés, les histoires à écrire et à éditer, les rencontres improbables qui s’exonèrent des faux-semblants avec des codes et des rites non écrits.

C’est donc à Aubas, un gros village du Périgord noir, avec son platane tricentenaire et la vieille écluse qui nous rappelle le voyage des gabarriers d’antan, dans une maison paisible et pleine de charme que tous trois poursuivent le chemin et le sillon tracés par Pierre Fanlac. Les modes et les nouvelles technologies, ils les connaissent, les apprivoisent sans jamais contrarier l’esprit de Pierre Fanlac, celui de la créativité, du travail commun avec l’auteur, la rigueur des métiers donnent à chaque ouvrage sa singularité.

Texte et photos : Pascal Serre


 

Ajouter un Commentaire

Charte des commentaires de lespritperigord.fr

lespritperigord.fr vous ouvre ses pages pour échanger avec la rédaction et les membres de sa communauté. C’est un espace de réaction, de discussion, d'information ouvert aux internautes inscrits. Les intervenants doivent donc répondre aux principes élémentaires du débat :

lespritperigord.fr est seul juge des messages qu’il met en ligne, ou non – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessous. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant les adresses de contact du site, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

Gardez à l’esprit qu’une attitude posée, polie et respectueuse envers les autres intervenants est toujours préférable pour un échange d’idées.

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n’y ont pas leur place.

Tout contenu contraire à la loi est proscrit : par exemple, l’incitation à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation tout comme la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats. Par ailleurs, les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

Les propos discriminatoires, sous toutes les formes, sont proscrits.

Évitez-le hors-sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations : ils n’apportent rien et peuvent induire en erreur.

Les plaisanteries de mauvais goût et les comparaisons douteuses sont souvent blessantes ou insultantes. Merci de les éviter.

Pour être compris de tous, rédigez des messages lisibles et compréhensibles : pas de langage SMS, de commentaires en majuscules ou en langue étrangère sauf exception.

La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam, n’est pas la bienvenue.

La publicité est également interdite sur lespritperigord.fr. Ne soumettez pas de liens commerciaux.

Il n'est intéressant de proposer aux autres lecteurs des liens que si un commentaire explicite leur contenu. Un lien seul est stérile et peut être assimilé à du spam.

Vous vous engagez à respecter les droits des tiers pour les textes et les images que vous soumettez. Avant de publier un contenu, posez-vous la question: "Ai-je les droits nécessaires pour le proposer ?"

Vous pouvez ne pas être d'accord avec un article de lespritperigord.fr. Expliquez ce qui motive votre commentaire, sans vous montrer agressif. La critique constructive oui ; les insultes non.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, ne lui répondez pas. Utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat. De plus, si le commentaire auquel vous répondez a été modéré, le vôtre peut devenir sans objet et être modéré à son tour.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de lespritperigord.fr moderation@lespritperigord.fr

Toute attitude contrevenant à cette charte peut être passible de bannissement du site.

Vous pouvez poser des questions aux journalistes de la rédaction dans les commentaires. Dans la mesure du possible, la rédaction répond aux interrogations des internautes de lespritperigord.fr

Enfin, souvenez-vous que vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de lespritperigord.fr se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat. Nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne ou non.


Code de sécurité
Rafraîchir

Les gazouilladesde Pascal Serre

Un journaliste est celui qui vend la mèche en se brûlant les doigts

7d9fe88202e82ca2a943d1e666fa21d3c813aac0Le quotidien L’Echo Dordogne exclu d’une conférence de presse pour avoir usé de sa liberté d’expression. Silence accablant d’un prétendu club de la presse et grande solitude pour les journalistes de ce journal d’information et d’opinion.

Lire la suite...

 

AGEMA

IMPRIMERIE-FANLAC

Le feu rouge

feu rouge de la semaine

BOIDÉLA SEMAINE DE THIERRY BOIDÉ

Battu à la présidence de Les Républicains en Dordogne le week-end dernier, le bouillant Thierry Boidé a du essuyer la difficile prestation de son mentor Nicolas Sarkozy durant l'émission de David Pujadas, Des Paroles et des Actes avant de s'entendre comparer au candidat à l'investiture du Parti Républicain pour les présidentielles américaines, Donald Trump lors de la dernière session de l'Assemblée départementale. Répondant à Germinal Peiro le taclant sur sa verve il déclarera en fin de semaine : "Là ce n'est rien. le jour où vous me verrez énervé, vous allez avoir peur !" Personne n'en doute.

DELMON-INDUSTRIE

Le feu vert

feu vert de la semaine

BOUSQUET LR

Dominique Bousquet, le nouveau Boss et manager de Les Républicains de Dordogne

Même si dans la coulisse on s'y attendait, le nouveau "patron" des anciens gaullistes devenus Les Républicains est désormais Dominique Bousquet. Le Conseiller départemental et maire de Thenon qui rempile depuis trente ans dans son fief et bataille avec un diabolique radicalisme franchit un barreau de l'échelle qui lui redonne une dimension départementale un temps trouvée quand il fut député en lieu et place de Jean-Jacques De Peretti. il incarne une Droite héritée des années de gloire portées par Yves Guéna que celle de son concurrent du moment Thierry Boidé accroché à Nicolas Sarkozy. Les réseaux gaullistes pur sucre et de son mentor Jean-jacques De Peretti on été déterminants dans ce challenge. Un revers pour Antoine Audi mais aussi une victoire pour les soutiens d'Alain Juppé pour les prochaines échéances.