1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Heureux qui comme Nico a fait un beau voyage

NicoLa belle place de la vertu compte depuis janvier 2013, un restaurant de plus. A l'enseigne de « chez Nico », le chef Nicolas Verchere a transformé l'essai, et compte maintenant parmi les meilleures tables de Périgueux ; et ce, à des prix aussi délicats que ces inventions culinaires. Ce jeune homme de 35 ans, après avoir parcouru le monde s'est posé la, avec humilité et talent. Itinéraire d'un enfant doué.

 

 

 

Il a appris, écouté, s'est amélioré, s'est aguerri aux contacts des chefs qui l'ont initié. Le premier fut Francis Delpey. Nicolas resta deux ans en apprentissage, chez celui que tint avec efficacité et rigueur son restaurant de la rue de la clarté, en lieu et place de l'actuel « L’essentiel ». De cette formation Nicolas Verchere n'oublia rien. Ce pied à l'étrier lui donna des ailes, des espérances, des ambitions. De là, il s'envola pour mieux comprendre son métier, pour s'améliorer, pour voir autre chose, pour connaître le monde, et trouver sa place.

-0907 

Ce commis, doué et sérieux, Francis Delpey le repéra et l'envoya à Domme, afin qu'il puisse parfaire son apprentissage. Puis les aventures se succédèrent. Il intégra l'équipe de Jean Ramet à Bordeaux restaurant qui affichait un macaron Michelin. Puis ce fût la Côte d'azur, ses foules bigarrées, le soleil mais pas l'oisiveté. Nicolas appris à "envoyer" et a dominer les folles cadences du midi. Il y resta 3 années, dont une passée au " Majestic », excusez du peu. Partout ou il est passé, «  Nico » a laissé un bon souvenir. Opiniâtre et réceptif, il n'a jamais déçu ceux qui lui ont fait confiance. De références en contacts prometteurs, il poursuivit son périple, et se retrouva à Paris, « Chez Laurent » en plein rond Point des Champs Elysées ( 2 macarons Michelin ).                                  

Soif de valeurs 

De retour à Périgueux, il contribua au succès du bouchon de  Bernard Vidal, maintenant son voisin de la place de la vertu… Il repartit sur la côte d'azur, répondant favorablement à une proposition ( une de plus). Il resta six mois au " Martinez " puis s'essaya sut les pentes enneigées et dorées de Méribel. Il traça sa route par delà les mers et travailla dans la célèbre île people de Saint Barth’. Mais pour lui, ce lucre , ce luxe factice, les abus et les excès de cette vie tournée vers le paraître l'ont découragé d'y travailler plus longtemps.

-0905

Nico a soif de valeurs, d'authenticité. Mais aussi et surtout, cet excellent technicien est un humble, un anti frimeur. Il n'a jamais pris la grosse tête, même si son CV aurait pu le faire craindre. Mû par le souffle du savoir, il s'envola une veste de cuisine dans sa valise pour l'Australie, où il apprit encore d'autres choses, où il vécut encore une autre vie. 

Retour aux sources 

Au coin de sa tête, malmené entre rêves, fastes, prestiges et reconnaissances professionnelles, il gardait un petit coin de paradis. Il se rappelait sans cesse ces soirées entre copains passées dans le bistrot « chez Bernadette » de la place de la vertu. Celui qui aurait pu s'installer dans les places les plus prestigieuses, fit un choix et laissa parler son coeur. Revenir à Périgueux!. C'est dans le lieu même ou ses souvenirs d'adolescence s'entrechoquent qu'il s'est installé en janvier 2013. Grâce à la bienveillance de la propriétaire des lieux Martine Montet, il entreprit des travaux, couvrit la pergola, offrit une couleur tendance au lieu, et surtout le mit aux normes s'offrant par la même, un bel outil de compétition. Apaisé, au milieu de sa famille, dans sa ville, sur sa place, « Nico » en 15 mois a dépassé ses objectifs. Il a constitué une équipe solide et soudée, Lionel et Myriam s'investissant sans compter à ses côtés.

-0912

Pour cet été, la très jolie terrasse proposera après les services du restaurant, des consommations et des glaces.La superbe place de la vertu grâce à Nico, retrouve animation et trafic. Entre  un cabillaud patates douces et son émulsion aux agrumes et ses mythiques pigeonneaux artichauts épinards, Nico travaille les produits frais, les anoblis, les magnifient les cisèlent toujours avec humilité et technique. Ces beaux voyages professionnels, lui ont donné l'assurance des grands et sa nature profonde, la modestie des humbles.

Texte et photos de Didier Brett-Christmann


 

Pour pouvoir commenter ce billet, vous devez vous identifier ou, si vous n'avez pas de compte en créer un en cliquant sur espace abonné en haut de page.

Les gazouilladesde Pascal Serre

Les larmes de Marianne

MARIANNE copie 2Même si l’automne frappe au carreau, entre le Pont de Beynac et la galerie Montaigne à Périgueux, les élections européennes passées et à six mois des élections municipales, je ne parviens pas à quitter mon hibernage politique. Et finalement, je m’y repose des coups bas, des trahisons et des hypocrisies. La politique, c’est toujours entre vice et vertu. Parfois les deux constituant les deux jambes de l’initié quitte à faire pleurer Marianne.

Lire la suite...

AGEMA